Nouvelle Vague

ZOMBIE ZOMBIE

ZOOM-Zombie Zombie copie

Le groupe électro parisien Zombie Zombie est né d’une collaboration entre Etienne Jaumet et Cosmic Néman. Ils ont par la suite été rejoints par Doc Shonberg. Aimant multiplier les projets, le groupe collabore cette fois-ci avec le Cirque Bang Bang composé du duo Elsa Guérin et Martin Palisse pour nous livrer le spectacle « Slow Futur ». Etienne Jaumet nous en dit un peu plus sur ce spectacle alliant cirque moderne et musique.

 

Pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Le groupe a été formé, il y a dix ans. Cette année, c’est notre anniversaire. Nous sommes sous le label Versatile. Le dernier changement remonte à trois ans, quand Doc Shonberg nous a rejoints, sinon, nous sommes toujours la même équipe. J’ai aussi des projets solos et un autre groupe actuellement en standby. C’est un peu compliqué à gérer mais différencier les projets nous stimule, nous inspire car chacun apporte quelque chose de différent. Nous avons également composé la musique du film « Irréprochable » qui sortira probablement au printemps. Nous faisons beaucoup de collaborations, avec des artistes plasticiens qui ne sont pas forcément dans le milieu musical, c’est très intéressant.

 

Sur cet album vous collaborez avec le Cirque Bang Bang, comment est née cette collaboration ?

Actuellement nous collaborons avec le Cirque Bang Bang, un duo de jongleurs. Nous avons vu des spectacles de cirque moderne et ça nous a plu. Nous avons commencé à travailler ensemble, nous avons fait une résidence durant deux semaines, ou nous avons improvisé ensemble et quatre morceaux sont nés. Le thème, « Slow Futur » est apparu. Le challenge a été de réunir nos idées et les leurs. Nous avons déjà fait une quinzaine de représentations du spectacle, et il durera jusqu’en 2017. C’est un spectacle vraiment complet, avec un coté visuel différents de ce que nous faisons habituellement en concert : il y a deux jongleurs avec un tapis roulant, et une mise en scène lumière.

 

Cela a-t-il modifié votre façon de travailler ?

Bien sûr, même si nous nous contentons de la partie musique, il a fallu adapter les morceaux à la dramaturgie. Le spectacle raconte une histoire, les morceaux sont plus longs, même si c’est notre inspiration musicale, ils n’auraient sans doute pas ressemblé à ça si nous avions du faire un album. C’est un format un peu particulier et c’est très intéressant de faire un disque qui sort un peu de l’ordinaire.

 

Vous êtes très influencé par les musiques de film, notamment d’horreur. Peut-on dire qu’il en a été de même pour cet album ?

Comme nous faisons de la musique instrumentale, il est évident que ça rappelle les musiques de film, et c’est quelque chose que nous avons en nous, il y a des images qui viennent avec la musique, mais ça n’est pas le but premier. Quant au spectacle « Slow Futur », c’est avant tout une idée du Cirque Bang Bang. Il y a effectivement un coté rétro futuriste à la manière des films d’anticipations. Le spectacle évoque entre autres, les rapports que nous avons face à la mécanisation et à la technique. Nous voulons avoir le dessus sur les machines, mais il y a quelque chose qui va peut-être trop vite pour nous et qui est un peu trop artificiel. Il faut prendre le temps de ralentir ne pas aller plus vite que nos émotions, ou que notre physique. Il ne faut pas asservir la machine mais la mettre à notre portée. Après, dans la mesure où nous faisons de la musique électronique, nous avons un son qui peut rappeler les vieux films de science-fiction. J’aime bien le coté rétro futuriste de ces films. Ils essayaient d’anticiper un futur que nous avons vécu et qui est très différent de leurs prédictions, mais le but de notre groupe n’est pas de faire de la musique retro futuriste.

 

Un dernier mot pour la fin ?

Je n’ai aucune vision de carrière, ni artistique, j’espère que l’avenir me réservera autant de surprise que maintenant. Je n’aurai pas imaginé travailler avec un cirque, et ça me fait très plaisir. Je passe le bonjour à nos amis du Sud-Est et espère les voir en concert quand je passerai dans la région.

 

Hélène Salimbeni

www.facebook.com/ZOMBIE-ZOMBIE-20218131903/

 

Date de sortie de l’album : 22/04/2016 chez Versatile Records

 

Crédit photo : Gilbert Cohen

Laisser un commentaire