Nouvelle Vague

YODELICE

ZOOM-Yodelice

L’histoire musicale de Yodelice commence en 2006, l’artiste s’appelle encore Maxim Nucci et sort même un deuxième album qui porte son nom. Pourtant le chanteur ne frappe pas beaucoup les esprits et bien peu sont ceux qui retiennent son nom. Il faudra un changement d’identité et un album à succès « Tree of Life » sorti en 2009 pour que les dés soient jetés !

 

Dès lors, sa carrière part en flèche. L’artiste décide définitivement de prendre le contrepied de ce qu’il a pu faire auparavant. Son amour du cinéma l’incite à s’inventer un personnage imaginaire, en s’inspirant des univers de Tim Burton et Jim Jarmusch et il prend le nom de « Yodelice », avec un nom pareil on pourrait le croire relégable au rayon « produits laitiers » d’une grande surface. Mais il n’en n’est rien, « Yodelice » plaît et accroche ! Pour la petite histoire, le nom provient en fait d’une maison située en Espagne où l’artiste a composé l’un de ses albums. Une notice accompagne l’album et le personnage est décrit comme suit : « venu d’un monde imaginaire appelé Spookland, est un grand gaillard habillé sombrement, chevelu et barbu, avec une plume piquée sur son chapeau melon et une larme maquillée sur la joue ».

2009 : essai réussi !

Après tous ces avatars, une chose demeure ! Sa passion du cinéma. Du coup, la rupture entre le Maxim Nucci et Yodelice n’est plus aussi nette. En 2004, il avait commencé par composer pour le cinéma et la suite de sa carrière sera marquée par sa passion pour le 7ème Art. Ne fait-il pas en 2010, une apparition dans le film « Les Petits Mouchoirs » de son ami Guillaume Canet, où il interprète entre autres sa chanson « Talk To Me » ? « Tree Of Life », sorti en 2009 est un succès avec le tube « Sunday with A Flu » dont le clip a été réalisé déjà par Guillaume Canet. L’album remporte les Victoires de la musique 2010 de l’album révélation, face à Archimède, Revolver et Sliimy. Un an plus tard, l’artiste remet ça et sort un deuxième album, « Cardioid », avec un tube « More Than Meets » et « The Eye » dont l’héroïne du clip n’est autre que Marion Cotillard ! Désormais, Yodelice fait partie de la nouvelle scène française et Johnny Halliday fait même appel à ses talents de compositeur et d’écriture pour l’album « Jamais seul » sorti en 2011.

Square Eyes : fenêtre sur l’âme

Trois ans d’absence et encore un succès avec « Square Eyes » paru le 21 octobre 2013. Il revient avec un disque urbain et dru, où par moment on croit entendre le trio cinglé des musiciens rock anglais sur « Histoire de Melody Nelson » de Gainsbourg se réapproprier la new wave, ou un mashup de vieux « Ten Years After »et de Cure des débuts, de l’America branché sur les amplis des Smiths, du Randy Weston « meets The Strokes ». Une culture musicale étourdissante qui lui vient de ses années passées outre-Manche et qu’il a sans nul doute digéré avec un sens imparable de l’accroche, ce fameux « soundbite », si cher aux Anglo-saxons. Avec « Square eyes », c’est une fenêtre qu’ouvre le chanteur, sur lui-même sur ses passions. Une de celle qui par un jeu de miroir éclaire son âme et fait avancer la vie.

Lea Raso

Le 31/01 au Moulin – Marseille (13).

www.yodelice.com

Retrouvez notre interview ici !

Réservez vos places !

Laisser un commentaire