Nouvelle Vague
ZOOM-The-Kitchies

Fortement imprégnés de culture anglo-saxonne, The Kitchies revendiquent haut et fort un style indie-rock aux teintes électro. Une musique énergique, pétillante et entraînante. Entretien avec Jonathan Lecoq, chanteur/guitariste de la formation.

 

Comment le groupe s’est-il créé ?

Au départ, nous jouions dans deux formations différentes. Nous nous connaissions par le biais d’amis en commun. On a accroché, et pendant une année nous avons tourné dans la région niçoise. C’était en 2009. A peine deux mois après notre rencontre, nous avons eu envie de partir à l’étranger pour essayer de construire quelque chose de solide. On a donc économisé pour s’offrir un voyage en Angleterre, à Brighton, en 2010. Nous y sommes restés pendant 6 mois. L’objectif était de vivre une expérience en dehors de nos repères, sans les proches, sans les amis, sans les lieux familiers… C’était important de repartir à zéro pour composer et essayer de se faire un nom dans une ville étrangère. Chose que l’on a réussie. Ca a été la plus belle expérience de notre vie. Nous avons écumé toutes les scènes ouvertes pour travailler nos morceaux et rencontrer les musiciens locaux. On a fait plein de rencontres et on a beaucoup évolué musicalement. Ca nous a fait énormément grandir, ça a changé notre perception de la musique. Lorsque nous sommes rentrés en France, nous avons sorti un premier EP « Time square », en 2012, composé principalement de morceaux que nous avions écrits en Angleterre. Ensuite, nous avons enchainé les concerts et tremplins. Et puis on a continué à composer, en France cette fois, mais toujours avec cette vision anglaise.

 

D’où vient le nom du groupe ?

Quand nous nous sommes rencontrés en 2009, nous faisions un peu de funk. On se trouvait super kitsch, et on s’est dit qu’il fallait garder ce côté-là. Aujourd’hui, on fait de la pop, mais il y a toujours cette notion de kitsch dans notre musique, avec des petites touches funk ou soul. Et puis en Angleterre, nous sommes tombés sur le terme « kitchie’s » dans un vieux dictionnaire. Cela voulait dire « rayonnant » ; rayonnant dans l’état d’esprit, content, heureux. Ca nous correspondait bien.

 

Si l’on devait attribuer des valeurs au groupe, quelles seraient-elles ?

J.L. : Je dirais que l’on a un côté pop assumé avec une énergie rock sur scène. On est dansants, entêtants. On a la valeur de la scène. Nous sommes tous intermittents du spectacle, et on continue à jouer un peu partout pour vivre de notre passion : dans les pubs, mais aussi en solo ou en duo dans les mariages, dans des restaurants, etc. On en a conscience parce qu’une partie de notre public vient des concerts que l’on a donnés dans des pubs à Nice ou à Cannes. C’est un public que l’on a été cherché loin et qui nous suit. Nous en sommes très reconnaissants.

 

Qu’est-ce que vous essayez de créer, de transmettre, au travers de votre musique et de vos textes ?

Dans nos textes, nous utilisons beaucoup un rapport à l’image. On aime parler d’un objet en le déviant de sa principale caractéristique. Nous abordons beaucoup de thèmes généraux comme l’espoir, comme le fait de garder la force pour se battre dans la vie. Qu’importe les problèmes rencontrés, il y a forcément pire ailleurs. On peut se relever, il suffit d’un peu d’envie et de volonté. Notre musique porte toujours une réflexion, avec un côté sombre et un autre plus positif, avec les deux côtés du miroir en même temps.

 

Quels sont vos projets ?

Nous allons entrer en résidence à la salle Félix Martin de Saint-Raphaël, début décembre. Celle-ci débouchera sur un concert le 6 décembre, à l’occasion des 10 ans de l’association Media Massive. Nous travaillons donc sur un nouveau live qui sera davantage pop et jungle, peut-être avec un côté un peu plus sombre. On va ensuite partir en studio à Milan pour enregistrer quelques titres. Nous sommes entrain de quitter notre statut de « groupe indépendant ». On passe à la vitesse supérieure… Affaire à suivre.

 

Matthieu Bescond

Le 06/12 à la salle Félix Martin – Saint Raphaël (83).

www.thekitchies.com

Laisser un commentaire