Nouvelle Vague

SUPERTRAMP : Breakfast in America

#NVmagAlbumDeLegende

Sorti le 29/03/1979.

Supertramp, c’est d’abord l’histoire d’une petite annonce concernant une audition dans le journal britannique Melody Maker en 1969. Le principe est simple : Rick Davies, talentueux batteur repéré par un millionnaire néerlandais, obtiendra un soutien financier s’il parvient à fonder un nouveau groupe. Une audition donc, et un tout jeune Roger Hodgson dont la voix séduit Davies. Les débuts du groupe, qui s’illustre dans le rock progressif, sont houleux entre mésententes, problèmes financiers et albums infructueux. Cinq ans plus tard, pourtant, il connaîtra enfin la notoriété. Après quelques mois d’isolement dans une ferme du Somerset, Supertramp enregistre “Crime of the Century”, qui sera un immense succès commercial et critique. S’enchaîneront alors récompenses, tournées et albums encensés.

En 1979, “Breakfast in America” marque le sommet de popularité du groupe. Critiques du rêve américain, les titres déconstruisent le mythe étasunien par des textes désabusés ou faussement naïfs, comme “Gone Hollywood” ou “Take the Long Way Home”. Témoins parfaits du succès du groupe, nombre des airs que contient l’album restent dans les mémoires, à l’image de “Breakfast in America”, “Goodbye Stranger” ou “The Logical Song”. Mais ce qui fait qu’il touche encore un large public, c’est son incroyable diversité générique : on retrouve dans son rock de discrètes influences rhythm’n’blues grâce à l’harmonica, ou encore un piano et des cuivres survoltés et virtuoses qui produisent d’ingénieux tons jazzy. Un voyage incomparable entre les sonorités et les sens à tester au moins une fois dans sa vie.

Elisa Fernandez

Laisser un commentaire