Nouvelle Vague

SIDILARSEN

ZOOM-Sidilarsen

#NVmagZoom

Sidilarsen n’est plus à présenter… 20 ans de carrière et de tournées, des albums dont chacun surpasse le précédent, une unité de groupe qui ferait enrager les Stones, une ferveur du public qui ne faiblit jamais. Mais après tout, leur simplicité et leur authenticité y seraient bien pour quelque chose. Au commencement de cette nouvelle année, le groupe nous accorde une petite pause interview sur la route de leur nouvelle tournée de l’OVTC Tour.

 

Comment se passe la tournée ? 

Et bien c’est un véritable enchantement ! Nous attendons la suite impatiemment. Nous sommes en train de faire vivre l’album et les morceaux sur scène et ce n’est que du bonheur !

 

Vois-tu s’opérer un renouvellement générationnel dans le public ? 

Au niveau des fans, oui, tout à fait, car maintenant nous voyons des familles venir à nos concerts ! Nos fans vieillissent avec nous et il y a les nouveaux qui arrivent. C’est très plaisant d’ailleurs. Nous espérons exister pendant encore de longues années.

 

Si vous deviez résumer votre carrière en un mot ? 

En un mot, c’est difficile. C’est un mélange de passion, de liberté, de route, mais aussi de partage. Sidilarsen c’est, avant tout, une succession de moments intenses. Il y a eu des galères mais aussi des moments inoubliables. Notre longévité force le respect.

 

Vous avez beaucoup tourné avec Dancefloor Bastard, pensez-vous tourner autant, voir même plus, avec « On va tous crever » (OVTC) ?

Nous sommes effectivement partis pour faire beaucoup de concerts sur cette tournée aussi. Nous avons envie d’aller le plus loin possible, cet album le mérite.

 

Quelles différences notables pouvons-nous entendre entre ces deux albums ? 

Déjà, l’arrivée de Sylvain, qui a apporté ce côté plus métal. Et puis, nous avons fait le choix de développer un son plus saturé. Cela se ressent dès l’ouverture de l’album. Il y a moins de digression. Nous voulions cette couleur plus sombre, avec une part de violence. Ça reste du Sidilarsen.

 

Vous avez mis du temps à le composer et à l’enregistrer ? 

Oui et non. Concernant l’enregistrement, nous avons eu un peu plus de temps. Notre label est très conciliant avec ça. Nous avons donc pu nous offrir ce luxe. Pour la composition, ça a été extrêmement vite mais nous avions de la substance. Cela faisait à peine un mois que Sylvain était là que nous commencions déjà à composer. Lors de la précédente tournée, nous avions de l’inspiration, nous avions encore des choses à dire, à revendiquer. 

 

Pouvons-nous espérer vous voir dans des festivals en 2020 ? 

Oui tout à fait. Pour le moment, nous ne pouvons rien dire, mais il y a déjà des options posées. Rien de prévu à l’étranger par contre.

 

Vous avez acquis une belle réputation. Celle-ci vous a permis d’ailleurs de sélectionner vos premières parties sous forme de concours. Que pensez-vous de cette évolution ?

Sur un plan artistique, c’est très agréable, car nous avons plus de capacité de mouvements. Cette notoriété nous permet d’être pris plus au sérieux. Ce que nous proposons, pour le show live, continue de s’améliorer d’un point de vue qualitatif. Assurer le statut de tête d’affiche nous permet d’assurer des sets assez longs et de raconter l’histoire que nous voulons. Nous sommes là depuis longtemps, donc plus nous sommes respectés et mieux c’est. C’est une belle reconnaissance et nous la savourons.

 

Que pouvons-nous vous souhaiter pour 2020 ?

Que beaucoup de gens viennent à nos concerts. Tout dépend beaucoup de cela. Remplir les salles permet aux groupes de continuer à parcourir les routes. Pas mal d’anciens fans sont revenus vers nous grâce à OVTC, cela signifie que ce que nous faisons est sincère. Jetez-y une oreille pour ceux qui n’ont pas encore écouté !

 

Céline Dehédin & Christophe Corroyez

www.sidilarsen.fr

Laisser un commentaire