Nouvelle Vague

SALIF KEÏTA, le 23/03 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06)

104_4830 mini

Il y a des artistes qui, après une rencontre, un concert, vous accompagne pour le reste de votre vie. Salif Keïta en fait partie, je l’avais vu en 2006 lors du Nice Jazz Festival (arènes de Cimiez). Son concert m’avait transporté et il m’a certainement donné envie de devenir photographe de concerts. Dix ans après, lors des balances, lorsque Monsieur Salif Keïta est arrivé sur le plateau, une lumière s’est éclairée en moi. Il est plus qu’un artiste, plus qu’un fabuleux musicien et chanteur, c’est un messager de l’amour, de la vie. Devant son micro, il a appuyé ses mains sur le dossier de la chaise, fermé les yeux de très longues minutes pour s’imprégner du lieu ; quitter la vie normale pour entrer dans son monde, dans un monde qu’il partage affectueusement. Nous avons eu hier un concert extraordinaire, rien n’est laissé au hasard et son hommage aux victimes de la barbarie est arrivé à un moment où le concert basculait vers le bonheur afin de donner un vrai sens à sn message. Les musiciens qui l’accompagnent, sont de grand talent dont Guy à la batterie/percussions. En écrivant ces mots, j’ai encore des frissons qui parcourent mon corps.

Merci Monsieur Salif Keïta.

En première partie, Maria Marolamy était en trio. Pour l’ex-choriste de Salif, c’étaient des retrouvailles. Bravo pour son set, pour la beauté de ses chansons.

Jean-Luc Thibault

Laisser un commentaire