Nouvelle Vague

ROBIN MC KELLE, le 03/04, Théâtre du Gymnase – Marseille (13)

VU-ET-ENTENDU-Robin-Mc-Kell

Elle n’a pas la plus belle voix de la soul d’aujourd’hui, mais la sculpturale Robin offre une présence énergique et chaleureuse sur scène. Elle joue avec son public dès les premières minutes, s’exprime dans un français impeccable, et son regard illumine la magnifique salle du Gymnase qui lui sert d’écrin. Les Flytones, qui l’accompagnent, sont quatre musiciens formidables au look authentique (costard noir et cravate écossaise). Parfois, on se demande si la vraie star n’est pas l’incroyable Ben Stivers aux claviers, qui semble possédé par l’esprit de la soul seventies. Al Street à la guitare ne se lâche que tardivement mais ça en valait la peine, tandis que le batteur Adrian Harpham reste fidèle au style jazz, tout en finesse.

« I’m a Fool to want you » à la sauce Mc Kelle ressemble plus à une bande originale de James Bond qu’à la version de Billie Holiday. C’est quand elle s’installe seule au clavier, pour interpréter une de ses compositions, que Robin laisse déborder les émotions et donne toute sa voix. Elle retrouve ensuite toute son énergie pour entraîner le public à danser avec elle, comme montée sur des ressorts, et faire un rappel sur « To love somebody » que toute la salle reprend en chœur.

Marianne Larcheron

 

Laisser un commentaire