Nouvelle Vague

PLK

#NVmagZoom

PLK est une figure montante du rap français. Depuis la sortie de ses deux mixtapes, « Ténébreux » et « Platinium », et de son premier album « Polak », le jeune artiste ne cesse d’évoluer et de s’imposer dans l’univers hip-hop français. Son rap aiguisé et ses multiples flows, lui permettent d’offrir des morceaux originaux et éclectiques. Depuis le début de l’année, PLK sillonne les routes de France pour représenter son album.

 

Comment se sont organisées les collaborations avec Nekfeu et SCH ?

Nekfeu c’est quelqu’un que je connais depuis que je suis tout petit. C’était logique et prévu depuis longtemps qu’on fasse un titre ensemble. Sch c’est un artiste que j’ai rencontré cette année mais avec qui le feeling est super bien passé. C’est pourquoi on s’est vite dit qu’on aller faire un morceau. Je suis très fier de ces titres ils sont exactement comme je l’imaginais.

Comment vis-tu ton succès ?

Je le vis plutôt bien, je suis content de ce qui m’arrive. Il y a quand même des mauvais côtés comme dans tout car il n’y a pas que de bonnes choses, mais en même temps on ne peut pas s’en plaindre.

Tu avais prévu d’être mis au devant de la scène en si peu de temps après la sortie de tes mixtapes et ton album ?

Non c’était imprévisible. Bien sur c’était un espoir mais on est jamais sûr de ce qui peut arriver.

 

Tu parles souvent de ta famille dans tes morceaux, ils écoutent tes morceaux ? Si oui ils en pensent quoi ?

Maintenant oui ils écoutent, par la force des choses ça leur arrive devant les yeux, mais avant non pas spécialement. Ils aiment beaucoup mes morceaux et sont très fiers de leur fils, mais je pense que c’est l’aspect relationnel et familial qui prend le dessus. C’est des parents forcément ils vont aimer ce que fait leur enfant, ce n’est pas très objectif.

Dans tes morceaux on ressent que tu es très ambitieux, et que tu es là pour un bon moment, comment vois-tu ton futur dans le rap ?

J’espère du mieux possible, après je n’ai pas envie de me porter l’œil à dire des choses qui sont difficilement atteignable, mais je vise le plus haut niveau. Sincèrement pour être plus précis j’aimerais faire l’Accord Hotel Arena.

Comment vois-tu la scène rap française actuelle ?

Je pense qu’on est dans un nouvel âge d’or du rap français. Il y a énormément de choses qui sortent, avec de nombreux univers différents et ça plait à un plus grand public. Le rap est en train de toucher tout le monde, nous représentons 60% ou 70% des ventes françaises de CD. Honnêtement ça se porte très bien, nous sommes dans une bonne période, et je pense qu’il faut l’apprécier. C’est depuis l’arrivée de Sexion d’Assaut, le groupe a commencé à réellement ouvrir le hip-hop au grand public et il s’est passé quelque chose dans le rap. Les gens on apprit à s’ouvrir à cette musique et depuis ça ne fait que continuer. Ça monte en puissance chaque année et on va bientôt atteindre les dix ans.

Tu es assez jeune, quels sont tes influences musicales ?

Etant jeune, j’écoutais pas mal de Booba, Rohff, La Fouine et Salif, tout ce qui se faisait à l’époque et qui était vraiment au top. Il y avait aussi beaucoup de rap américain comme Notorious Big et un peu de 50cent. Maintenant c’est mon travail donc je suis un peu obligé d’écouter tout ce qui sort, je me sens plus concerné. C’est important d’être au courant de l’actualité musical.

En dehors de ta tournée, tu prépares quoi pour 2019 ?

Je sors d’un rendez-vous concernant ma marque de vêtement, on travaille beaucoup dessus. J’ai plusieurs projets pour cette année et pas seulement dans le domaine musical. Je travaille dans mon coin comme une fourmi pour atteindre mes objectifs.

Alicia Aoun

Le 08/02/19 au Moulin – Marseille (13) et le 09/02/19 au Rockstore – Montpellier (34).

www.facebook.com/plkrappeur

Laisser un commentaire