Nouvelle Vague

PARLIAMENT : Mothership Connection

ALBUMDELEGENDE-Parliament-WEB(Casablanca Records)

Sorti 15 décembre 1975

#NVmagAlbumDeLegende

Dans le milieu des années 70, Parliament est devenu un groupe de funk et de R&B à part entière. Fondé en 1974, cet ensemble musical a rapidement connu une série de succès aux quatre coins du globe. Après les sorties de “Up for the Down Stroke” en 1974 et de “Chocolate City” en 1975, “Mothership Connection” atterrit dans les bacs le 15 décembre 1975 sur le label Casablanca Records. L’album a rapidement été adopté grâce à la popularité du principal single, “P. Funk (Wants to Get Funked Up)”, véritable hymne de cette mythologie. Il faut d’ailleurs rappeler ce qu’est le P. Funk : le nom abrégé de deux groupes, Parliament et Funkadelic, dont les membres étaient communs. Plus qu’un genre musical, on retrouvait souvent des personnages et des idées – afro-futurisme, science-fiction, thèmes politiques et sociaux – propres à chaque album.

« Mothership Connection » incarne à lui seul le P. Funk et tout ce que Parliament représente : les costumes déjantés, un son massif, l’esprit dance-floor, la soucoupe volante, les hallucinations spatiales de Clinton, les cymbales brillantes, les basses caoutchouteuses de Bootsy Colins, les claviers intergalactiques de Worrell … Le tout renforcé par une sections de cuivres flamboyante de folie emmenée par Fred Wesley et Maceo Parker. Si l’album n’est pas forcément connu du grand public dans sa forme initiale – hormis peut-être “Give Up The Funk” – ses sonorités, par le biais du sampling, sont passées dans des millions d’oreilles. Snoop Dogg, Dr Dre, MC Hammer, Redman ont tous utilisé au moins un des morceaux de cet album et ainsi réinterprété ses grooves uniques. Cet album a été classé dans les 200 meilleurs albums de tous les temps selon la discothèque parfaite de l’odyssée du rock et il est classé 276e parmi les 500 plus grands albums de tous les temps selon Rolling Stone. Après l’avoir ajouté à son registre, la bibliothèque du Congrès américain a même ajouté que cet album a eu “une influence énorme sur le jazz, le rock et la dance music”.

Constantin Ialovenko

Laisser un commentaire