Nouvelle Vague

MANU

19 septembre 2013 ZOOM Aucun commentaire sur MANU
ZOOM-MAnu

Emmanuelle Monet de son nom d’artiste Manu, c’est avant tout une voix et un univers. Poétique cela va s’en dire. Tout le monde se souvient de Dolly et de son fameux « Je n’veux pas rester sage », tragédie de la vie avec ce terrible drame qui a mis fin au groupe, par le décès de son charismatique bassiste Mika. Renaissant de ses cendres, tel le phénix, Manu jeta un premier projet en forme de « Rendez-vous ». 5 ans plus tard, elle nous revient avec un sublime deuxième album « La dernière étoile », rencontre avec la plus espiègle des rockeuses.

 

Comment as-tu démarré ton projet solo ?

A l’époque où j’étais dans Dolly, j’avais commencé à écrire des chansons plus personnelles que j’avais fait écouter à Nikko (guitariste de Dolly). Ce-dernier a écouté et m’a conseillé de faire un album, tout est donc parti de là. Comme je le disais, ces chansons étaient tellement personnelles, que je ne me voyais pas les sortir au sein de Dolly, cela ne pouvait se faire que par un projet solo. Le premier album « Rendez-vous » est né comme ça. Après ce disque, j’avais encore des choses à dire et je me suis tournée vers l’extérieur pour composer mon nouvel album.

Comment as-tu composé « La dernière étoile » ?

Après avoir composé de façon régulière pendant la tournée du premier album, je me suis retrouvée au départ toute seule. J’avais envie de reprendre la composition avec Nikko et retrouver nos automatismes d’antan. Qu’il prenne sa guitare et que moi je fasse une mélodie et que nous cherchions et structurions ensemble les morceaux. Mais, malheureusement il n’était pas libre, puisque en tournée avec Eiffel. J’ai donc travaillé seule et c’est parti des notes que j’avais écrite. Dans un deuxième temps, j’ai retrouvé Nikko pour la seconde partie de la création. Nous nous sommes retrouvés au Studio Planet Live dans la région parisienne, pour la réalisation et le mixage du disque.

Pourquoi le nom « La dernière étoile » ?

J’aimais bien le contraste d’assembler ces deux mots là, c’est un titre ambivalent, un mélange entre désillusion et espoir. Parfois dans la vie, il y a des moments difficiles mais on essaye d’y croire. J’ai choisi ce titre car il reflète ce que je ressentais à ce moment-là dans la composition de l’album.

Pourquoi avoir attendu 5 ans entre tes 2 albums ?

La tournée avec « Rendez-vous » a duré 2 ans, celle-ci s’est clôturée par le live à l’Elysée Montmartre. Puis, il y a eu la sortie du DVD de ce concert l’année d’après. Ensuite, nous sommes repartis en concert pendant un an. Pendant cette période, je n’avais pas eu le déclic d’écriture pour le deuxième album. Donc, il aurai fallu plusieurs mois de recherche et sortir un album dans l’urgence, il en était hors de question ! Sur une année, nous avons réussi à tout enregistrer avec Nikko et terminer « La dernière étoile ».

Qu’est-ce qui t’a donné l’idée de la danse country dans le clip de « Que fais-tu ? » ?

Dans ma famille, j’ai quelqu’un qui fait partie d’un club et qui m’avait envoyé des vidéos lorsqu’ils dansaient tous ensemble et j’ai trouvé ça génial ! Je trouvais que la chanson se prêtait bien au jeu de danse, c’est aussi un petit clin d’œil à la danse country.

Dans le morceau « A toute vitesse », d’après le titre, l’auditeur peut s’attendre à un morceau rapide et tu as décidé de choisir un tempo à l’opposé, pourquoi ce choix ?

J’aime beaucoup les paradoxes déjà ! Frank Bertini a écrit cette chanson, son texte me touche particulièrement, car c’est écrit de manière très personnelle et elle fait référence à une personne que nous avions en commun et qui est décédée.

Sur scène, tu joues avec François Maigret (qui est aussi dans No One Is Innocent), comment s’est-il intégré à ton univers ?

Très facilement, il est rentré dans le groupe comme si il y avait joué depuis toujours. Nous avons la même famille musicale et c’est quelqu’un d’adorable. François a toujours bien respecté les parties de Nikko, mais il a aussi apporté son propre style. Ben et moi, nous échangeons beaucoup avec François, ce qui enrichit beaucoup le travail sur scène et François a aussi amené beaucoup d’énergie et de folie !

 

Céline Dehédin & Jean-Pascal Roblin

En concert le 25/10 au Secret Place – Montpellier (34).

www.manu-friends.com

Laisser un commentaire