Nouvelle Vague

MA-PLAYLIST-PatriceBouchonPATRICE BOUCHON

Président d’Ivoire Music et directeur des festivals « Crazy Week » et « Summer Golfe Festival »

Présentation

Dans mes deux festivals, j’essaye de répondre aux attentes du public. Je fais ce métier pour voir briller les yeux des gens quand ils ont la chance d’assister au concert qu’ils attendent depuis des mois. Voici désormais 7 ans qu’Ivoire Music propose un festival pop-rock au TdV de Nice et j’ai la chance que Crazy Week soit désormais ancré dans les habitudes des gens. Du coup, mon nouveau challenge sera le Summer Golfe Festival, au Théâtre Jean Marais de Golfe Juan.

 

Votre playlist

  • Musique :

J’ai craqué sur Rover. En marge du concert d’Asaf Avidan en avril dernier, un de mes régisseurs m’a fait découvrir « Aqualast ». Et pour quelqu’un qui baigne dans la brit-pop depuis ses 15 ans, j’ai immédiatement adoré !

  • Cinéma :

N’importe quel film où il y a des vaisseaux, des sabres lasers et Nathalie Portman. Sinon je conçois le cinéma (et la tv) uniquement pour me vider le cerveau. Je retiens peu de films.

  • Livre :

J’ai peine à l’avouer, mais depuis que j’ai arrêté mes études de lettres (j’ai failli être prof), je ne prends plus le temps de lire. Il va falloir que je m’y remette sérieusement ! En fait j’écoute de la musique toute la journée.

  • Concert :

Je ne peux pas choisir. Donc ça sera : Coldplay au Stade Ehrmann (waouh !), Pink (les 2 fois), Seal au Nice Jazz, Yodelice à Crazy Week 2011 et Mika à Crazy Week 2012.

  • Evénement :

David Bowie : « The Next Day ». Le jour de l’annonce de son nouvel album a été un des plus beaux jours de ma vie. J’en frisonne encore. Et dire que tout le monde pensait qu’il attendait la mort dans son coin !

  • Espoir pour le futur :

Que l’on redécouvre l’étymologie de « démocratie » : le pouvoir au peuple (John Lennon l’a déjà chanté en son temps) et que les religions ne soient plus utilisées comme prétexte pour s’envoyer des missiles sur la gueule.

 

Votre plus grande émotion musicale ?

Sans nul doute Roger Hodgson à Crazy Week 2012. J’ai fait un break pour voir la totalité du show, et j’ai rajeunit de 20 ans ! Ce soir-là, je n’étais pas le directeur du festival, mais un fan inconditionnel de Supertramp. Durant l’après-midi, je suis allé me présenter et nous avons discuté quelques minutes sur la scène. À la fin, il a voulu me revoir pour me dire qu’il avait adoré le lieu et qu’il reviendrait quand je voudrais.

 

Laisser un commentaire