Nouvelle Vague

LES OGRES DE BARBACK

ZOOM-Les-Ogres-de-Barback-(c)-P-Wetzel

Après 20 ans de carrière les Ogres de Barback entament une grande tournée anniversaire. Le quatuor familial reprend une nouvelle fois la route, avec leur empreinte musicale inimitable, pour le plus grand bonheur de leurs fans. L’occasion de faire un point sur ces deux décennies de « joyeux bordel familial et musical ».

 

Quel recul avez-vous sur ces 20 ans de musique ?

Nous nous disons souvent que l’on ne les a pas vu passer. Nous avons l’impression d’être montés dans un camion avant hier et de pas en être sorti, parce que ce n’est toujours pas fini. Nous avons vraiment enchaîné les disques et les projets, ça a filé à toute vitesse !

 

Donc malgré 20 ans il n’y a aucune lassitude ?

Non pas pour l’instant, sûrement parce que nous avons toujours essayé de changer de manière de faire de la musique, de présenter nos spectacles, cela nous a permis de nous renouveler tout le temps, du coup nous ne nous lassons pas

 

Pourquoi ce choix de prendre votre temps et de ne pas passer par les grands médias ?

C’est assez paradoxal, nous avons pris le temps de faire notre chemin en réfléchissant à toutes les facettes de notre métier, mais pourtant nous sommes très speed. Quand nous avons une idée, nous voulons la réaliser après demain et pas dans un an ! Il y a quelques années, nous sommes parti en chapiteau, c’est là que nous nous sommes dis que nous devions devenir indépendants, nous n’avions pas le temps de chercher une maison disque qui voulait bien payer le projet donc nous sommes partis tout seul et nous avons continué comme ça. Nous avons trouvé plein d’amis autour de nous prêt à se lancer dans l’aventure.

 

Du coup être une famille est une force ?

Oui j’ai l’impression ! Nous avons eu pas mal d’expériences avec d’autres groupes de copains, mais chez nous c’est plus simple au niveau des directions à prendre. Il n’y a pas de problème, nous avons toujours les mêmes envies, les mêmes idées, nous nous connaissons par cœur, c’est facile de parler.

 

Quand avez vous commencé la musique ?

Le premier concert j’avais 15 ans et mes frères 18 où19, donc dès l’adolescence. Etant jeunes, nous pratiquions chacun de notre côté, puis nous avons fondé le groupe. Mais nous avons baigné dedans depuis tout petit, il faut dire que notre père était musicien professionnel dans sa jeunesse. A la maison, il y avait tout le temps de la musique et des instruments accessibles pour les petits comme pour les grands.

 

Votre univers musical vient de ce que vous entendiez chez vous petit ou vous êtes vous forgé une culture propre ?

Nous nous sommes plus ou moins créer un identité, surtout en amenant le coté rock de notre musique. Nos parents nous faisaient écouter de la chanson française (Brassens, Ferré) mais aussi beaucoup de musique du monde, notre père était un peu collectionneur d’instruments bizarroïdes.

 

A quoi ressemble une séance de compo chez les ogres ?

Ça a pas mal évolué. En général nous nous voyons une semaine quelque part, chacun amène sa petite idée, nous avons un peu tous notre spécialité, Alice aime les arrangements de cordes, moi j’aime les cuivres, Fred écrit les chansons… En général chacun prend en main un morceau et le présente aux autres. Ça se fait assez naturellement, nous sommes souvent d’accord. Après, nous les jouons sur scène avant de les passer sur l’album, ça nous permet de les roder et de se détendre. Mais nous aimons aussi explorer en studio pour sortir de la composition à 4 instruments.

 

Si vous deviez décrire ces 20 dernières années en quelques mots ?

Joyeux bordel familiale ! Et musical !

 

Que vous souhaiter pour la suite ?

La même chose ! Encore 20 ans, peut être pas à ce rythme mais nous n’avons pas l’intention de nous arrêter !s

 

Hugo Pascual

Le 09/10 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06), le 29/11 à la Cigalière – Sérignan (34), le 06/12 au Palais des Congrès—Montélimar (26)

www.lesogres.com

Laisser un commentaire