Nouvelle Vague
ZOOM-Kid Francescoli_Presse2020_credit_Vittorio-Bettini_3-WEB

#NVmagZoom

Fondé en 2000 par Mathieu Hocine, Kid Francescoli n’est plus à présenter. En collaboration avec Julia Minkin et d’autres chanteuses venues de tout horizon, il rencontre le succès à partir de 2013 à la sortie de son troisième album. Pour son nouvel opus intitulé « Lovers » sorti en janvier 2020, il s’est inspiré de Marseille, de l’amour et du soleil. Il fait danser les amoureux de la musique électro pop en France et à l’étranger.

 

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Le parcours a été long pour arriver jusque là. Je suis à mon cinquième album. J’ai commencé à faire de la musique au lycée et puis après j’ai joué dans plusieurs groupes. Par la suite, j’ai voulu faire mon projet solo pour pouvoir faire ce que je voulais en termes de production et de choix artistiques. J’ai sorti mon premier album en 2006 et le deuxième en 2010. Je suis parti ensuite à New York pour essayer de trouver un peu d’inspiration et des collaborations. C’est là que je suis tombé sur Julia, j’ai par la suite sorti mon album « With Julia » en 2014. A partir de là tout a commencé de manière plus sérieuse, puisque j’ai trouvé un vrai label,  ce qui m’a permis de sortir des albums qui sont distribués de manière internationale et professionnelle. J’ai commencé à tourner en France et à l’étranger. En 2017, il y a eu la suite avec Julia « Play Me Again ». Aujourd’hui, je sors mon cinquième album qui s’appelle « Lovers ». Je me prépare à faire une grande tournée, à commencer par la France avec des dates à la Cigale et à l’Olympia en novembre. Il y aura d’autres dates à l’étranger comme à Londres, Amsterdam et Bruxelles. Je suis ravi de mon parcours jusqu’à maintenant.  

 

Quelles sont vos influences et vos sources d’inspirations ?

Mes influences par rapport à la musique, sont du côté des compositeurs de musique de films. Ça a évolué avec le temps par l’utilisation des musiques plus électroniques plutôt hip-hop. Mes sources d’inspirations ont toujours été liées la vie de manière générale, les rencontres, les collaborations et l’amour. Sur le cinquième album, ma source d’inspiration a été Marseille, je peux dire que c’est son soleil, la mer et sa lumière, qui m’ont beaucoup inspirés.

 

Quelle évolution a connu le groupe depuis vos débuts ?

Au départ, je me suis toujours dit que cela serait lié aux partenariats et plusieurs collaborations sur chaque album. Avant j’étais tout seul avec ma guitare et après je me suis entouré de musiciens, puis, j’ai fait une tournée tout seul. J’ai ensuite rencontré Julia et Simon Henner de French 79 qui a produit les trois derniers albums. Sur le cinquième album, j’ai collaboré avec plusieurs chanteuses, qui ont forcément apporté quelque chose de différent sur chaque titre (et sur les deux derniers albums). J’espère que je vais continuer comme cela et faire évoluer le projet en collaborant avec des personnes différentes à chaque fois.

Comment définiriez-vous votre nouvelle album intitulé « Lovers » ?

 

Je ne sais pas, mais je dirais qu’il est un peu plus apaisé. J’ai beaucoup tourné et apprécié de rentrer à Marseille pour m’inspirer autant à travers mes voyages passés. Je suis un peu moins frustré de vivre à Marseille, alors que j’ai toujours voulu partir loin pour trouver de l’inspiration. C’est aux gens de dire ce qu’ils ont ressenti.

 

Qu’est-ce qui le différencie de vos autres albums ? Et pourquoi le nom « Lovers » ?

Je pense que ce sont les sonorités. J’ai essayé dans les arrangements de faire des musiques un peu plus différentes. De la pop avec des couplets et des choses que je n’avais pas faites avant. Il y a quatre chanteuses, alors que sur les deux autres, c’était seulement avec Julia et moi. Cela amène des voix et des timbres différents. Je l’ai appelé « Lovers » pour rappeler l’amour toxique, désespéré et frustré. Je voulais aussi un titre avec un mot direct et accrocheur et « Lovers » c’était le nom qui décrivait le mieux toutes les personnes qui ont participé à cet album, dont les quatre chanteuses et moi-même.

 

Quels messages souhaitez-vous faire passer dans votre musique ?

Il n’y a aucun message, j’essaie juste de faire en sorte que la personne qui écoute ma musique, passe un moment agréable et qu’elle se déconnecte un peu, tout en essayant de faire venir des images. Il n’y a pas de message, ni de revendication, ni de révolution dans ma musique. Juste le fait que la personne qui écoute ma musique se sente bien et qu’elle le transporte dans un univers qui le déconnecte de la réalité. Personnellement, j’aime bien les musiques qui font cela, je ne sais si j’y arrive mais c’est ce que j’essaie de faire.

 

Quels sont vos futurs projets ?

J’ai la tournée qui commence la semaine prochaine à Milan et qui va durer j’espère au moins deux années. Tout en espérant que nous allons partir tourner le plus loin possible. Je vais continuer à travailler pour le prochain album et faire des musiques de films ou faire des remix, ce genre de choses. C’est ce que je fais un peu tous les jours au studio, c’est pourquoi je suis là aujourd’hui.

Housseynatou Diallo

Le 21/03/20 au Rockstore – Montpellier (34) et le 27/06/20, dans le cadre du festival Marsatac, au Parc Chanot – Marseille (13).

www.kidfrancescoli.com

Crédit photo : Vittorio Bettini

Laisser un commentaire