Nouvelle Vague

JIM YOUNGER’S SPIRIT

ZOOM-JimYoungersSpirit-CyrilBECQUART-WEB

#NVmagZoom  #SudEst

Jim Younger’s Spirit poursuit dans une veine psyché-rock sa quête d’une Amérique rêvée. « El Malpais », leur 4ème album, voyage cette fois en territoire Pueblo et Navajo. Il y est question de chasseur hanté, de diable et de mystère, comme le confie leur guitariste Diego Lopez. L’album sort sur Watonwan Records, un label créé pour l’occasion et qui ambitionne de rassembler les synergies dans la région.

 

Diego, peux-tu expliquer d’où vient cet « esprit de Jim Younger » ? 

Jim Younger’s Spirit est né en 2012 à l’occasion de l’Austin Psych Fest, devenu depuis le Levitation. En rentrant des 3 jours de festival, Polar Younger, ma compagne et chanteuse, a eu envie de monter un groupe néo-psychedelia, inspiré de groupes comme le Brian Jonestown Massacre ou les Black Angels. Au moment de trouver un nom, on a pensé à Jim Younger, de la bande des frères Younger, Jesse James, tout ça, pendant la guerre de Sécession. Comme on avait été là-bas et qu’on avait flashé sur le Texas, on a dit voilà ce sera ça : Jim Younger’s Spirit. On a commencé en trio avec Kino Frontera, deux guitares, saxo et boîte à rythmes. Aujourd’hui Earvin Macadam est à la guitare, Baron Brun à la basse et Chris Parre à la batterie nous accompagnent.

 

Est-ce que tu peux me parler de ton parcours, de tes influences ? 

J’ai notamment joué de la basse avec The Needs, groupe de garage-rock aixois. On a enregistré ensemble 5 albums au début des années 90. J’ai toujours été dans ce style de musique, branché par le psyché, le 13th Floor Elevator, la musique de la West Coast, Neil Young, The Jefferson Airplane, tous ces trucs-là. Et en allant à Austin, en écoutant le BJM, les Black Angels, les Warlocks, Holy Wave, on s’est dit voilà, on veut monter un groupe dans ce style-là.

 

Aujourd’hui le guitariste et le bassiste sont d’anciens Splash Macadam, est-ce que toi aussi tu as des projets parallèles à Jim Younger’s Spirit ?  

Non, pas vraiment. J’ai eu l’occasion de rejouer quelques fois avec les Needs, au Poste à Galène notamment. Et puis des propositions pour aller jouer sur un ou deux titres avec les copains de Little Green Fairy à Sète, faire du featuring. Mais entre le groupe et le label, j’ai assez à faire !

 

Parlons de l’album justement. Et d’abord de la pochette, que je trouve magnifique. Poétique et mystérieuse à la fois… 

C’est Samir Guessab qui en est l’illustrateur. On a trouvé que sa proposition nous correspondait. Elle collait à notre univers et l’ambiance du disque. El Malpais, c’est une zone volcanique mythique, donc on retrouve cette roche, la rivière et puis toujours cette zone, du Texas et du Nouveau Mexique. Au format vinyle ça ressortira encore mieux. Je pense que c’est la plus belle pochette qu’on ait eu, qui est à la fois visuellement très esthétique et qui correspond à notre univers : ce côté cow-boy, psyché, des paroles toujours un peu sombres. Et ce bison tout seul paumé, intrigant, résume pas mal l’univers du disque. J’en suis d’autant plus heureux que c’est la première sortie de mon nouveau label Watonwan Records !

 

Pourquoi sortir sur un nouveau label ? On pourrait penser que l’époque ne se prête pas vraiment à créer sa propre structure… 

Déjà le paysage n’est pas si saturé que ça. Par exemple sur Marseille, dans l’indie-rock-pop-garage, globalement il n’y a que Lollipop Records. Et deuxièmement, je me suis dit que, comme j’ai une âme de manager, j’allai faire ma sauce. Je ne vais pas promettre la lune, parce que je n’en ai pas les moyens, mais par contre je vais essayer de rassembler les synergies. Je trouve qu’on n’y arrive pas assez dans la région. L’idée ce serait de faire un peu comme à Rouen, qui n’est pas une ville immense, mais où des groupes comme MNQNS, Hate You Please Die, Servo, marchent bien ensemble. Pour l’instant, la première sortie c’est Jim Younger’s Spirit mais très rapidement il y a 2 ou 3 groupes locaux sur Marseille avec qui j’aimerais faire quelque chose. Ce qui est important, c’est que musicalement mais aussi humainement je sois bien avec les gens.

 

Laurent Bruguerolle

jimyoungerspirit.bandcamp.com

 

Laisser un commentaire