Nouvelle Vague

DARKTRIBE

ZOOM-Darktribe-WEB

#NVmagZoom

C’est en 2009 que le groupe originaire de Nice se forme et enregistre son premier Ep « Natural Defender ». Darktribe a ensuite publié deux albums en 2012 et en 2015 dans cette veine métal mélodique qu’il affectionne. Cette année, il est le grand gagnant du tremplin musical Hard Rock Rising Nice.

 

Pouvez-vous nous raconter votre histoire ?

En tant que frères, Julien et moi avons grandi ensemble et avons la même passion pour la musique, c’est peut-être dans nos gènes, notre famille étant composée de nombreux musiciens. Nos parents nous ont éduqué au rythme de groupes comme Genesis, The Police, Queen ainsi que d’autres artistes de blues ou musique latine, enfin, un brassage complet de notes et d’ambiances différentes. Pour autant, l’élément déclencheur fut l’arrivée d’un album que Julien et moi avons fait tourner non-stop durant de très longues heures : Fear Of The Dark (Iron Maiden). Une révélation. Certainement pas le meilleur album d’Iron Maiden, mais il nous a transporté dans un monde que nous ne connaissions pas. Et c’est ce monde étrange du Heavy Metal que nous souhaitions découvrir, pour lequel une passion grandissante s’est imposée toute seule. Cette puissance, cette présence, ces enchaînements de sons lourds avec des mélodies qui vous transportent… Et c’est tout naturellement que Julien a pris la décision de fonder un groupe, accompagné de notre ami de longue date Bruno Caprani. L’idée de base était surtout de s’amuser, reprendre les grands hits du métal, du hard rock et faire quelques concerts. Le besoin et la volonté de composition sont venus bien plus tard.

 

Qu’est ce que Darktribe ?

Darktribe c’est tout simplement le rappel de ce que sommes depuis le début : une unité, une force, un groupe (Tribe) qui partage une idée profonde, secrète et mystérieuse (Dark).

 

Depuis quand Darktribe existe ?

2009 est une année fondatrice, le choix de composer, de n’intégrer qu’un seul guitariste (Loïc Manuello) et d’essayer de vivre notre passion au maximum. Comme toute famille nous traversons parfois des tempêtes, mais nous vivons quelque chose d’unique ensemble. Je suis d’ailleurs heureux d’avoir déjà traversé tout cela avec eux. Bientôt 10 ans… Le lien est vraiment fort entre nous, chacun a trouvé sa place, apporte sa pierre à l’édifice et pousse les autres à se surpasser pour le bien du groupe.

 

Quelle est la particularité de “The Modern Age” ?

The Modern Age est le point final à notre volonté de décrire notre monde au travers de notre musique. C’est un album de ressenti, d’émotions, d’actualité, d’un regard que notre génération porte sur cette société, de relations créées ou brisées et surtout d’une prise de conscience vis-à- vis du passage de chaque humain sur cette planète. Quelle trace veux-tu laisser ? Quel est ton but ? Ce constat nous l’avons démarré en 2009 avec Natural Defender, poursuivi en 2012 avec Mysticeti Victoria et finalisé en 2015 avec The Modern Age. En termes d’idées, les 3 albums sont liés.

 

Etes-vous en train de travailler sur un album ?

Oui, nous avons attaqué le travail de composition depuis Octobre 2016. Nous souhaitons aborder les choses de manière quelque peu différente et avons estimé que nous devions proposer quelque chose de nouveau. Cela demande du temps et de la réflexion. Je pense qu’en 2018 Darktribe aura une belle actualité.

 

Comment pensez-vous avoir gagné ?

En restant nous-mêmes. L’esprit de Darktribe est basé sur le partage, la passion et le don de soi, tout cela encadré par un fonctionnement naturel et professionnel. Nous ne cherchons pas à obtenir des compliments ou des récompenses, la force c’est vous qui nous l’a donné quand vous nous écoutez. Nous avons intégré ce tremplin car cela nous offrait la possibilité de jouer sur une scène de notre région, et même sans cette victoire, nous avons pris beaucoup de plaisir.

 

Quelles ont été les moments forts de votre jeune carrière ?

Nous avons participé à deux importants festivals cet été, le Collisioni en Italie et le More Than Fest en Slovaquie. Ces événements regroupaient certains des meilleurs artistes de la planète (The Offspring, Robbie Williams, Edguy, Amon Amarth…). Nous venons de jouer au Download Festival en France, nous avons rencontré Linkin Park, Blink 182, Gojira, Pierce The Veil, Kvelertak. Être aux côtés de toutes ces stars, c’est un rêve qui devient réalité mais aussi une source d’inspiration pour continuer à progresser.

Comment voyez-vous la suite ?

Nous maintenons le cap, effectuer un maximum de concerts, continuer à partager notre passion, notre musique et profiter de chaque instant. L’industrie de la musique n’offre plus de perspective définie, il faut se battre tous les jours, croire en soi, en ses rêves, rester humble et se faire plaisir.

Chaoqun Jin

Laisser un commentaire