Nouvelle Vague

COLOURS OF OSTRAVA, le 16/07 à Dolnἰ Vἰtkovice – Ostrava (République Tchèque)

Bjork (1 of 1)

Jour 1

En arrivant sur le site du festival, on ne peut que vouloir visiter ses moindres recoins et découvrir les bâtiments de cet ancien site sidérurgique. Après être allé visiter les hauts fourneaux et avoir admiré la vue du haut de la Bolt Tower (signée par Usain Bolt), place à la musique ! Et (malheureusement !) comme lors de tout grand festival, il faut faire des choix sur les artistes que l’on va voir. Le premier groupe que j’ai pu écouter s’appelle Heymoonshaker, et est composé de deux musiciens (une guitare et un « human beat box »). Un set plein de bonne énergie : ça commence bien ! Ensuite, on change de scène pour aller voir les  hollandais de Bazzookas et leur ska festif qui en a fait danser plus d’un. À 20h, le premier concert sur la grande scène est assuré par la tête d’affiche de cette édition, Björk. Tout de blanc vêtue et le visage caché, la célèbre islandaise est accompagnée d’un orchestre de cordes. Elle a chanté quelques uns de ses plus grands tubes comme « Bachelorette » et « Hunter » pour le plus grand plaisir de la foule venue nombreuse pour l’écouter. Elle nous a également ébloui avec des « bombes » de couleurs et des effets pyrotechniques. J’ai ensuite fait une pause pour découvrir les spécialités culinaires locales sur les nombreux stands qui jalonnent les allées entre les différentes scènes.

Le groupe tchèque Zrnἰ et The Janáček Philharmonic Orchestra of Ostrava ont collaboré spécialement pour le festival. Le résultat : un mix de chansons entraînantes et de slows. On change d’ambiance musicale et de lieu pour de la bonne drum’ n’ bass avec le grand Roni Size accompagné entre autres de deux MCs. Roni Size & Reprazent ont ravi les anciens et les nouveaux fans et nous ont informés que leur nouvel album va bientôt sortir. Et pour finir cette soirée en beauté, Caribou, placé en configuration de club, nous a joué son électro enivrante et a remercié le public en tchèque : Dobrý deň !

 

Sarah Foudrier

Laisser un commentaire