Nouvelle Vague

YANN BRIZÉ

#NVmagZoom

>>> Homme discret, Yann Brizé, compositeur émérite, fait partie de ces magiciens du son, qui saura vous toucher au cœur et à l’âme. Homme de l’ombre, sa musique parle pour lui… Après « The Attic » sorti l’année dernière, cette fois, le compositeur s’attaque à l’héroïc fantasy à travers « Templier». Rencontre en toute intimité avec ce compositeur hors norme et humble…

Raconte-nous ton parcours musical ?

J’ai commencé le piano à l’âge de 6 ans, j’ai été Argenteuil au conservatoire et j’ai passé un brevet de technicien des métiers de la musique un peu plus tard. J’ai joué dans des groupes (Salsa, afro-cubains, rythm’n blues, jazz, etc…), j’ai accompagné pas mal de musiciens, j’ai également été intermittent du spectacle. J’ai rencontré un batteur, qui travaillait pour des maisons de disques et des professionnels, c’est lui qui m’a amené à devenir musicien de studio. J’ai été répétiteur longtemps pour divers artistes avant leurs prises studio. En parallèle, j’ai toujours plus ou moins composé. J’ai quitté Paris et quand je me suis installé en Bretagne, j’ai installé mon home studio, ce qui m’a permis de pouvoir consacrer plus de temps à la création.

De quels autres instruments joues-tu à part le piano ?

De la guitare, de la basse, de la batterie, des flûtes du monde, du banjo, le ukulélé. J’ai une solide formation sur le piano, mais après étant autodidacte, j’ai beaucoup appris par moi-même. En faisant parti de plusieurs groupes, forcément j’ai touché un petit peu à tous les instruments et les autres musiciens m’ont appris les bases. En guitare, je joue sur une folk et pour l’électrique j’ai une Gibson et une Ibanez.

“Templier” est un album de musique épique, comment as-tu travaillé cet album ?

C’est une idée de longue date, car je suis passionné par les musiques du monde et par les voix du monde, depuis très longtemps. Cela fait des années que j’avais des mélodies en tête et l’envie de composer ce genre de disque. J’avais enregistré depuis un moment des partitions, que j’avais mises dans un coin, avec l’objectif de pouvoir en faire un album un jour. Le thème est aussi un thème de prédilection. Dans la mesure du possible, j’enregistre les instruments un par un, ou je pioche dans une bibliothèque de sons, comme les voix par exemple. J’écris d’abord toutes les partitions de chaque instrument avant de les jouer. Je me définis comme un artisan de la musique, car je crée à l’ancienne méthode. Souvent les mélodies me viennent au piano. Le morceau est déjà construit dans ma tête mais parfois je n’arrive pas à reproduire ce que j’ai dans mon esprit, ce qui est un peu frustrant.

T’arrive t-il d’être inspiré par des images ou des vidéos ?

Complètement et c’est ce que je préfère, créer la musique à partir d’images. Ce sont souvent les images qui m’apportent l’inspiration ! Lorsque j’ai une idée et que je ne peux pas la mettre sur le papier tout de suite, qu’elle finit par m’échapper, c’est que ce n’était pas une bonne idée !

Comment choisis-tu les personnes avec lesquelles tu collabores ?

Il m’arrive d’aller à la recherche de certaines personnes, mais, pour Loredana qui a fait la voix du titre « The Code », ce fût un hasard. Il y a quelques années de cela, j’avais composé une mélodie pour un auteur que j’aime beaucoup. Loredana a posé sa voix sur ce titre et du coup nous sommes restés en contact. « The Code » a été la première chanson finie de l’album « Templier ». Cela s’est fait à distance, elle m’a envoyé l’enregistrement de sa voix.

Dans le disque tu te livres sur un morceau : « Save me », c’est un ovni musical, quand l’as-tu écrit ?

Ce morceau à 5 ans, je ne suis pas auteur à la base, je l’ai posé parce que c’était une nécessité. Je n’aime pas chanter. Pour moi, je préfère m’amuser dans un karaoké mais je ne suis pas chanteur et je n’aime pas spécialement ma voix. Je n’ai donc pas la prétention de sortir un album de chansons avec des textes que j’aurais écrit. Ma fille voulait faire un clip et le vrai nom du titre c’est « Au nom du père », comme pour boucler la boucle de Templier, par ce côté très religieux.

Des collaborations de prévues ou d’autres projets pour 2020 ?

Je suis un homme secret donc je n’en parle que lorsque tout est terminé !

 

Céline Dehédin

www.facebook.com/ian.composer

Laisser un commentaire