Nouvelle Vague

THE ROLLING STONES

#NVmagZoom

S’ils sont bien l’emblème de référence lorsqu’il s’agit de parler de rock dans le monde entier, les Rolling Stones, n’en reste pas moins des hommes si célèbres soient-ils… On dit que le temps altère tout, les corps, les histoires d’amour mais certainement pas la musique du plus grand groupe de rock de tous les temps ! Mais au fond, n’est-ce pas la passion de la vie qui anime Mick et ses potes depuis plus de 50 ans et qui les mènera jusqu’à l’état d’icône une fois trépassé ?

Légende vivante

Les Rolling Stones n’ont pas eu une vie mais plusieurs vies, de déboires en succès, les Stones n’en demeurent pas moins des légendes vivantes ! Leur symbole le plus emblématique « The Tongue », est inspiré de la bouche de Mick Jagger. Créée en 1970 par John Pasche alors étudiant en art au Royal College of Art de Londres, ce logo reste très certainement LA patte visuelle du groupe et un symbole de rébellion pour toute une génération et cela dans le monde entier. A noter, que l’illustration est utilisée pour la première fois sur l’album Sticky Fingers en 1971. Petite anecdote pour les puristes, le dessin original a été acheté le 2 septembre 2008 par le musée londonien Victoria and Albert, pour la modique somme de 63 000€, lors d’enchères aux Etats-Unis. Le groupe se forme en 1962, à Londres, à une époque où tout était différent : la société, la façon de faire de la musique, les idées, les gouvernements. Libertaires et révolutionnaires, les Stones ont toujours porté cette rébellion et cette volonté de dépasser les genres et les frontières. Ils ont été et sont toujours un exemple à suivre, pour tous les rockeurs du monde entier… Même le nom du groupe n’a pas été choisi au hasard, titre d’une chanson de Muddy Waters, le blues a d’ailleurs toujours été la source d’inspiration principale du groupe et ces-derniers en ont été des acteurs forts à travers le British Blues Boom.

Un parcours pleins d’embûches

Grâce à leurs premiers enregistrements, ils conquirent l’Amérique, dont la voie avait été ouverte par les Beatles. Et même si pour le côté marketing et la presse les mettait en concurrence, ils étaient bien les meilleures amis du monde ! C’est à partir de 1966 et la sortie de l’album Aftermath, que les Stones ont compris le besoin de faire évoluer leur musique et ont donc enrichis leurs mélodies par les expérimentations instrumentales de Brian Jones. Et cette diversité, restera la marque de fabrique dans l’histoire du groupe. En 1969, c’est LE drame avec la mort de leur guitariste Brian, remplacé la même année par Mick Taylor (ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort…), et qui restera dans le groupe jusqu’en 1974. Ronnie Wood viendra alors combler la place manquante et ne la quittera plus ! L’arrivée de Ronny est salutaire pour les Rolling Stones, il permettra de reconquérir une alchimie perdue. Notamment, à travers les frasques de Keith Richards, qui déserte son rôle et s’implique moins à cause de sa dépendance à l’héroïne. D’ailleurs, ce-dernier s’évanouit même sur scène à plusieurs reprises. Mick Jagger a alors toutes les peines du monde, pour maintenir le bateau à flots. Ainsi, les années 70, est une période très noire pour Keith Richards, car outre ses addictions, il est très perturbé par le décès de certains de ses proches (notamment celui de son jeune fils Tara). Paradoxalement, les albums des Stones entre 1974 et 1981, atteignent à chaque fois la première place des hits parades ! De même, les concerts sont de plus en plus spectaculaires, tant par le public qui y répond présent, que par les moyens techniques mis en œuvre. En 1975, les Stones, scandalisent lors de l’attraction de la tournée, un pénis gonflable de six mètres, qui éjacule des confettis sur les foules ! En 1978, le groupe est précurseur et joue dans des stades de plus en plus grands, pouvant contenir jusqu’à plus de 80 000 personnes en une seule date ! C’est grâce à Mick Jagger, le leader emblématique, que les Stones arrivent à se démarquer de cette décennie face au punk et au disco. Mick, en véritable homme d’affaire, s’emploie à veiller à la carrière du groupe tant sur le plan artistique qu’économique. Keith Richards quant à lui fait encore des siennes et met le groupe en péril, puisqu’en 1977, il se fait arrêter à Toronto, et risque sept ans de prison. La notoriété aidant, un fan victime de cécité, convainc in extremis, le juge, de la libération de Richards en échange d’un concert caritatif pour la cause, ce que le juge accepte ! Peu à peu, Richards, se débarrasse de son addiction à l’héroïne, qui générait de nombreux problèmes pour le groupe, en même temps de sa séparation avec Anita Pallenberg, héroïnomane comme lui. Après ces périodes de troubles, qui dureront jusqu’en 1986, les Stones, retrouvent un second souffle à la fin des années 80, début des années 90. Puisqu’ils signent le plus lucratif contrat de l’histoire du rock avec CPI (Concert Production International) pour une tournée de cinquante concerts !

La renaissance

Eté 89, les Rolling Stones, se rendent à Tanger (Maroc) puis au studio Air de Montserrat pour enregistrer l’album “Steel Wheels”. Avec ce disque, les Stones renouent et on assiste à une renaissance du groupe, qui se verra plus soudé que jamais. Ils retrouvent l’inspiration et l’envie de jouer ensemble. S’enchaîne alors une longue tournée qui rapportera plus de 270 millions de dollars, un record à l’époque ! En 1993, c’est au tour de Bill Wyman de quitter le groupe, et d’être remplacé par Daryl Jones, mais ce-dernier ne sera jamais adoubé officiellement comme un membre du groupe. 1994, nouvel album, “Voodoo Lounge”, plus roots que le précédent, montre encore une fois que les Stones sont bel et bien de retour ! En 1997, avec Bridges to Babylon, les Rolling Stones affirment leur volonté de s’inscrire dans l’air du temps, avec une qualité de son, jusque-là jamais inégalé. Là encore, les deux albums et les tournées qui s’en suivent sont des véritables succès ! Entre 2000 et 2011, « A Bigger Band », est leur dernier album, à ce jour enregistré en studio avec des compositions originales. Le public qualifie d’ailleurs ce disque comme la résurrection des Stones. A Bigger Bang Tour, devient la tournée la plus lucrative de l’histoire de la musique, avec 558 millions de dollars de recette, 4,6 millions de spectateurs pour 144 concerts ! De quoi vous tourner la tête ! Entre 2012 et 2015, sera la tournée des cinquante ans du plus grand groupe de rock du monde ! En novembre de l’année 2012, un coffret best of de 3 disques intitulé « GRRR », marquera ainsi cet anniversaire mémorable, pour le plus grand plaisir des fans. Cinq concerts exceptionnels, viendront marquer cette fin d’année, dont 2 à l’O2 Arena de Londres, bien sûr archi-complets. Les Stones feront un magnifique cadeau à leur public avec un concert surprise au Trabendo de Paris, le 25 octobre 2012, pour clore leurs sessions de répétitions, en amont de ces 5 fameux concerts, devant 700 fans ! S’enchaîne alors les tournées dans le monde entier, qui les feront jouer aux Etats-Unis, en passant par l’Angleterre, l’Europe, l’Australie, jusqu’en Amérique latine, et qui sera marqué par LE concert gratuit du 25 mars 2016 à Cuba. Historique ! Puisque c’est le premier grand groupe de rock à se produire dans l’île, car le rock fut interdit à Cuba durant de nombreuses années ! A cette occasion, un film documentaire, sortira en septembre 2016, sous le titre de Havana Moon.

Les Stones aujourd’hui

Suite à cet anniversaire unique, le groupe annonce en octobre 2016, la sortie d’un nouvel album (le premier depuis 11 ans) constitué uniquement de reprises de leurs maîtres en Blues. Il s’agit de l’album « Blue and Lonesome », le 2 décembre 2016. Cet album sera classé par les lecteurs du magazine Rolling Stones, comme l’un des 10 meilleurs albums de l’année, et sera encensé par la critique ! 2017 marque le lancement d’une nouvelle tournée européenne « No filter Tour », rappelant le visuel de la tournée « No Security Tour ». En juillet de cette même année, Keith Richards, annonce le retour du groupe en studio pour l’enregistrement d’un nouvel album… alors que parallèlement, ABKCO, annonce la ressortie remasterisée de “Their Satanic Majesties Request”. A la fin de cette même année, c’est finalement, l’album “On Air”, constitué d’enregistrements des années 1963 à 1965, captés par la BBC, qui sortira en version remasterisée. 2018, marquera la continuité de la tournée européenne (No filter Tour, vous suivez ?), entamée le 9 septembre de l’année dernière et permettra enfin de voir les Rolling Stones en France ! Et n’oubliez pas « It’s only rock’n roll but i like it ! »

Céline Dehédin

Le 26/06/18 au Stade Vélodrome – Marseille (13).

www.rollingstone.fr

Laisser un commentaire