Nouvelle Vague

THE DIVINE COMEDY

#NVmagZoom

Depuis 1990, l’Irlandais Neil Hannon alias The Divine Comedy chamboule le monde de la britpop avec son cocktail de rétro 60’s, ses envolées à la John Barry et son pop-rock bien 90’s. Avec ce nouvel album, « Office Politics », un sérieux virage s’amorce car, pour la première fois, ses influences 80’s en prennent souvent le dessus, teintées d’un humour caustique et sympathique que l’on retrouve pleinement en discutant avec lui.

Ce nouvel album est plutôt surprenant et inattendu car il contient beaucoup plus d’électronique que jamais auparavant dans votre discographie…

Je suppose que c’est vrai.

 

Certains morceaux se rapprochent de Bruce Haack ou Japan…

[rires]

 

… voire presque Marilyn Manson à un moment…

Parfois. Oui, je sais. ça doit être étrange. Ne vous inquiétez pas, Neil n’a pas été enlevé et remplacé par un double maléfique.

OK, c’est bon à savoir.

C’est toujours moi. Je ne sais pas… c’est mon éducation musicale en quelque sorte. Parce que j’étais enfant quand la synth pop est arrivée et tout ce genre de choses new wave. C’est donc un album très nostalgique pour moi.

En fait, on a déjà eu un aperçu de votre intérêt pour l’électronique dans votre thème pour la série télé The IT Crowd.

Oui.

 

Alors pourquoi avoir gardé les synthétiseurs hors de votre musique jusqu’à maintenant ? Vous semblez vous y intéresser pas mal, il y a même une chanson très geek dans le nouvel album, « The Synthesiser Service Centre Super Summer Sale ».

Ouais ! [rires] Je pense que c’est probablement la chanson la plus geek jamais écrite. Ce serait un beau prix à gagner, je suppose. J’ai toujours aimé les synthés. J’ai acheté des synthétiseurs depuis que je pouvais me les payer au milieu des années 90, mais ils n’ont pas arrêté de disparaître [rires]. J’ai acheté ce Korg MS-20 à Liverpool. Le propriétaire du magasin m’a dit qu’OMD leur avait acheté tous leurs synthétiseurs, ce qui m’a beaucoup impressionné. C’était vers 1996. Et puis il a tout simplement disparu. Je ne sais pas, quelqu’un doit l’avoir volé…

Tout le monde volerait un MS-20.

C’est vrai. Cela ne me dérange pas vraiment parce que je ne suis pas très axé sur les biens, mais je pense que je serais très contrarié si quelqu’un volait mon Prophet 5.

Je peux comprendre.

En fait, j’ai écrit avec des synthés au fil des ans mais j’ai toujours fini par remplacer l’instrumentation parce que quand j’ai pensé « Tiens, je vais écrire un morceau de techno », ça s’est transformé en « Tonight, We Fly ». Si on pense à ce morceau et à la progression des accords, ça pourrait être une sorte de tube eurotrance. [rires]

Cet album-ci a donc surtout été composé avec des synthés ?

Ouais. Je commence assez souvent ainsi. C’est juste que c’est la première fois que ça finit sur disque tel quel.

 

Comment voyez-vous personnellement l’évolution entre votre précédent album et ce nouvel album ? Parce qu’ils sont assez différents.

Je sais mais, curieusement, il n’y a pas d’évolution car j’ai tout écrit en même temps. Nous avions cette pièce au National Concert Hall de Dublin quand nous y vivions, et de nombreux autres projets prenaient fin en même temps. Je me suis juste dit « Bon, je ne vais pas faire tout de suite un album, je vais juste faire de la musique, expérimenter et m’amuser. » Donc, je me suis un peu trop amusé et j’ai écrit tellement de musique que je ne savais plus trop par où commencer pour déterminer ce qui était quoi et ce qui devait faire quoi. Peu à peu, les deux camps ont semblé émerger. L’un était plus du genre à la Divine Comedy avec des chansons plus axées sur les relations et je me suis dit: « Bien, je vais faire celui-là parce que je sais faire ça. [rires] Je vais laisser l’autre de côté avec toutes ces chansons new wave socio-économiques bizarres et je les réfléchirai un peu plus. »

Donc, au fond, ce nouvel album a été écrit en 2015 ou quelque chose comme ça?

Eh bien, à divers moments depuis fin 2012 jusqu’à tout 2015, oui. Pendant plusieurs années, tranquillement.

 

Vous avez des techniques de composition ou des routines spécifiques que vous suivez pour trouver l’inspiration ? Vous vous levez tôt le matin ou travaillez mieux la nuit ? Une tasse de thé ?

Eh bien, ma principale préparation est de procrastiner et de ne pas me lever le plus longtemps possible. [rires] Et puis, quand je le fais enfin, je me dis « Oh, je me ferais vraiment bien des œufs au plat ! » [rires] Puis je passe encore une heure à prendre un copieux petit-déjeuner, ou plutôt un brunch à cette heure-là. Et finalement, je me promène un peu dans le studio et je me dis « Dis donc, il fait froid ici ! ». [rires] En ce qui concerne le travail réel, ça se passe différemment à chaque fois.

J’imagine.

En même temps, j’ai toujours un cahier sous le coude pour gribouiller des idées, et parfois, elles se transforment en paroles et je les rattache à un morceau de musique; ou parfois, une phrase ou deux-trois mots peuvent préfigurer une chanson. Ensuite, on essaie de l’imaginer sur un instrument. C’est littéralement différent à chaque fois et j’essaie de ne pas transformer ça en une façon de travailler, au cas où j’oublierais comment faire.

Vous dirigez le label Divine Comedy Limited depuis 10 ans, ce qui vous a probablement procuré un grand sentiment d’indépendance. Quels sont les avantages et inconvénients que vous avez rencontré jusqu’à présent ?

Eh bien, les avantages l’emportent nettement sur les inconvénients. Il n’y a pas beaucoup de changements mais c’est plus comme une « pyramide de pouvoir ». [rires]. Entre moi et Natalie, ma manager, nous avons toujours pris les décisions en quelque sorte, même lorsque nous sommes affectés à d’autres labels. C’est juste que nous n’avons plus à persuader d’autres personnes maintenant, nous le faisons simplement. Vous voyez ce que je veux dire ?

Oui.

Mais, en fin de compte, nous distribuons toujours nos disques par l’intermédiaire de Pias, qui font un travail remarquable. Donc, d’une certaine manière, tout ce qu’une maison de disques fait est fait par elle, à l’exception de toutes les décisions principales que nous prenons, vous voyez ? Et Natalie, en quelque sorte, choisit une équipe pour travailler sur des choses, une équipe qui aurait été formée par la maison de disques. Donc, c’est tout ce que c’est en réalité, mais c’est vraiment bien d’être absolument convaincus des décisions entre nous. Nous discutons entre nous, nous prenons la décision et ensuite, c’est fait. C’est donc un peu plus direct.

Si le Brexit est appliqué, comment voyez-vous son impact sur la scène musicale anglo-irlandaise?

Ouf, sur la scène musicale… Eh bien, ça ne va pas aider. Ce sera extrêmement peu utile. C’est particulièrement mauvais pour moi parce que je vis en Irlande et que tout mon groupe et mes affaires sont à Londres. Donc, je prie littéralement chaque jour que quelque chose se passe et que cela ne se produise pas. Mais ça me tient également à cœur pour tous les habitants du Royaume-Uni, je me dis: « Ne faites pas ça ! Vous êtes tous fous ! » [rires]

Cette année marque le 30e anniversaire de l’album « Exposition » de votre premier groupe, October. Vous vous en souvenez ?

Mmm… [rires]

 

Vous avez l’intention de le ressortir ?

Eh bien, il n’est jamais vraiment sorti en premier lieu.

 

[rires] Je sais !

Et heureusement ! Non, je pense que « Fanfare For The Comic Muse » (1990) est un bon point de départ. En fait, j’ignorerais celui-là aussi. [rires] Il vaut mieux commencer par « Liberation » (1993). C’est à partir de là que je savais à peu près ce que je faisais.

On m’a parlé d’une chanson de cette époque intitulée « I Will Be There (With A Gun In My Hand) », que ce serait bien si elle était éditée ou réenregistrée  ou quelque chose du genre…

Oh non…

 

Vous ne l’aimez pas ?

Malheureusement, je m’en souviens. Ecoutez, toutes ces chansons sont importantes, d’une certaine manière, et j’en écris depuis l’âge de 13 ans. Et il y a beaucoup de chansons de mon adolescence que personne n’entendra jamais. Mais Dieu merci ! [rires] Mais, sans elles, je ne serais pas ici, car il faut bien commencer quelque part. Je suis vraiment content d’avoir commencé avec absolument personne pour m’écouter et d’avoir eu la chance de faire un bon bout de chemin avant de me tirer une balle dans le pied. Bon, j’ai quand même réussi à me tirer une balle dans le pied plusieurs fois au cours des années, mais beaucoup moins que ce que j’aurais pu.

En 2009, vous avez fait la musique du film « Wide Open Spaces ». À ce jour, la bande-son est toujours inédite…

Je l’avais oublié celui-là !

 

Composer une musique de film, c’est quelque chose que vous envisageriez de tenter à nouveau ?

Oui, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de diriger ça, c’était littéralement juste moi dans un studio en train d’écrire de la musique. J’aimerais faire une sorte de partition d’orchestre pour un film mais l’occasion ne s’est encore jamais présentée. Il y a eu des cas où cela s’est presque produit. Je n’ai vraiment pas eu de chance, en réalité, car les films auxquels je suis rattaché finissent par manquer d’argent et ne sont jamais réalisés. [ricanements] C’est à peu près ce qui se passe.

Parce que vous avez cette chanson, « Our Mutual Friend », qui est très orchestrale et on sent que vous pourriez vraiment faire un super boulot.

Mais… je sais que je ferais un super boulot !

 

[rires]

Le seul problème est que je me demande si ce ne serait pas vraiment irritant parce qu’on doit faire exactement ce que veut le réalisateur. Il n’y a pas beaucoup de place pour l’indépendance créative dans les musiques de films, alors je pourrais finir par dire: « En fait, je déteste ça ! Au revoir ! » [rires]

Toute la musique que vous avez créée n’est pas nécessairement complexe mais elle utilise des accords et des signatures de temps assez recherchés, etc. Comment se fait-il que vous n’ayez jamais publié d’autres recueils de partitions ? Il y en a eu pour votre best of « The Secret History », mais cela remonte à 1999.

Oui, eh bien, je ne sais pas s’ils vendent énormément mais tout ce que je sais, c’est que, s’il vous plaît, évitez le genre de choses qu’on trouve sur Internet.

Vous voulez dire les transcriptions personnelles ?

Oui, exactement. Oh mon Dieu, ils sont si loin du compte !

 

Justement, ce serait bien que vous puissiez les corriger.

Je sais, mais qui a le temps ? [rires]

 

Vous pouvez toujours les publier sur votre site Web…

C’est juste que je ne suis pas particulièrement bon en solfège. Je sais où toutes les notes doivent aller, je sais comment elles s’appellent et je sais ce qui se passe mais… j’écris une partition si lentement que ce n’est tout simplement pas pratique. Je n’ai pas travaillé assez dur dans mes cours de piano, j’ai abandonné après la première année. Tout le monde a une note de piano supérieure à la mienne mais je sais ce que je fais ! Je ne veux tout simplement pas m’asseoir et écrire tout ça. Je trouve d’autres gens pour faire ça. [rires]

En 1997, votre chanson « In Pursuit Of Happiness » était très célèbre en France car elle était utilisée dans une publicité télévisée pour une compagnie d’assurance qui a tourné à plein régime pendant plusieurs mois…

Ha ! Eh bien, j’avais oublié ça ! Maintenant que vous en parlez, je m’en souviens… mais j’avais oublié.

 

Avez-vous été consulté avant de l’utiliser ou était-ce une surprise ?

Non, nous sommes toujours consultés, et au fond, ce n’est jamais tout noir ou tout blanc dans ce type de choses. On les prend toujours une par une et on se dit: « À quel niveau d’humiliation sera-t-on si on prend tout cet argent qu’ils nous offrent ? » [rires] Nous avons dit non tellement, tellement de fois. En fait, la grande majorité des fois, on dit non parce que ça va vous faire sentir horriblement mal. Mais parfois, je me dis: « Non, je peux gérer ça. » Et aussi, ça aide mon enfant à aller à l’université…

Avez-vous ressenti un impact plus significatif sur la popularité du groupe par la suite ?

Eh bien, je ne prenais pas vraiment le pouls de la culture française, surtout en vivant dans un pays différent et tout… mais à partir du moment où je suis allé en France pour la première fois en 1993, je savais qu’il existait une sorte de lien étrange. [rires] Vous savez, j’ai tellement aimé la musique et la culture françaises au fil des ans, je suppose que peut-être quelque chose s’en est reflété dans ma musique.

Allez-vous sortir un nouvel album de Duckworth Lewis Method [side project de Neil Hannon et Thomas Walsh du groupe Pugwash ayant pour thème le cricket] ?

Ha… euh, non. [rires] Je veux dire, Thomas le ferait probablement, mais je pense que deux suffisent. En fait, un seul suffisait probablement. En fait, zero album sur le cricket, c’était suffisant, mais au final, nous en avons fait deux et nous nous sommes bien amusés, et nous avons eu la chance de rencontrer beaucoup de nos héros de cricket, ce qui était à peu près tout le but de faire ça. Mais je préfère rester chez moi et regarder le cricket [rires] que de faire un autre disque. C’est une grande année pour le cricket ! Oh, la Coupe du Monde… et « The Ashes »… Honnêtement, vous devriez commencer à le regarder.

On ne regarde pas trop le cricket ici.

Eh bien, vous devriez, bon sang ! C’est ça le problème de la France.

 

Possible.

Vous n’auriez pas besoin de vos gilets jaunes si vous aviez du cricket. [rires]

 

Je ne sais pas si je devrais mettre ça dans l’interview. [rires] C’est un sujet délicat.

C’est de ça dont vous avez besoin: le cricket. Je parie que vous seriez vraiment bon en tant que pays aussi. [rires]

 

Peut-être que le cricket peut sauver l’Europe. Qui sait ?

Oh mais je pense même que le cricket peut sauver le monde.

 

Vous voulez ajouter quelque chose à propos du nouvel album ?

Oh non. Je veux juste que les gens l’écoutent et se fassent leur propre opinion. Et s’ils le diffusent sur l’un de ces services de streaming, c’est bien, mais s’ils l’aiment vraiment, ils devraient en acheter un exemplaire. [rires] Mais s’ils le détestent, ils ne sont pas obligés.

Vous partez bientôt en tournée ?

Ouais. La tournée européenne est en octobre-novembre. Je pense que les dates sont sur notre site Web. Si elles ne le sont pas, elles le seront bientôt. On s’y verra alors !

Christopher Mathieu

www.thedivinecomedy.com

Laisser un commentaire