Nouvelle Vague

ALBUMDELEGENDE-TELEVISION-Marquee Moon-WEB(Elektra Records)

#NVmagAlbumDeLegende

Sorti le 08/02/1977

Disque fondateur du rock alternatif, “Marquee Moon” a reçu, et ce dès sa sortie, un accueil plus que favorable et a été salué par la critique comme un développement musical majeur et original dans le domaine de la musique rock. Il est constamment présent dans les listes des meilleurs albums de tous les temps du magazine Rolling Stone. L’album de Television a profondément influencé la nouvelle vague et les mouvements indie des années 80’. Du très lourd au pays du post-punk. Television est né de la rencontre de Tom Verlaine et de Richard Hell à New-York en 1973. Dans la mouvance de Patty Smith, ils écument les clubs de la ville et se popularisent au CBGB. Richard Hell quitte le groupe en 1975 pour fonder les Heartbreakers avec Johnny Thunder, et Richard Lloyd rentre dans la danse comme deuxième guitariste. En août 1976, Television signe un d’enregistrement avec Elektra Records. Au prix d’interminables répétitions, le jeu des guitares s’affine, s’entrelace, se répond, et la voix de Tom Verlaine, si caractéristique, plaintive et rageuse à la fois, peut se poser sur ce tapis dissonant et inédit. 

Sa poésie urbaine chantée avec dédain sur des harmoniques complexes et retentissantes donne une atmosphère mystérieuse et terriblement new yorkaise. Écoutez « Friction » pour vous en convaincre. Une base de blues sur un remarquable travail rythmique et les parties de Verlaine et de Lloyd qui s’articulent tout autour. Le résultat est absolument remarquable. La guitare de Verlaine établit la phrase rythmique de la chanson, contre laquelle viennent se jeter les mélodies dissonantes de Lloyd, pour arriver à cette tension singulièrement permanente. Le chant de Tom Verlaine est lui aussi inhabituel, tour à tour suppliant, ironique, quelquefois possédé. On pourrait parler de chaque morceau, indépendamment, car chaque morceau est une merveille d’inventivité et de complexité musicale, flirtant parfois avec le jazz-rock. Mais il préférable prendre cette œuvre dans son ensemble, comme un concept-album, rageusement créatif, qui sera souvent imité mais jamais égalé.

François Roche

Laisser un commentaire