Nouvelle Vague

PLEASURES

#NVmagZoom

Fondé en 2016 par quatre musiciens hors pair, Pleasures est un groupe au style à la fois pop et rock. Issus de plusieurs autres formations musicales comme Expressway, Neurotic Swingers et Aggravation, les membres de Pleasures ont décidé de se réunir pour créer leurs propres compositions.

Pour commencer, présentez-vous en quelques mots ? Qui sont les membres du groupe ?

Stéphane : Alors notre groupe est composé de quatre musiciens venus d’horizons différents. On a notre chanteur Patrick Atkinson d’origine anglaise et qui vit en France depuis 10/15 ans à peu près. Il a joué dans pas mal de groupe à Londres, tel qu’Expressway et French Revolution. Ensuite moi, Stéphane Signoret je viens de Neurotic Swingers avec lequel j’ai sorti trois albums et fait beaucoup de tournées au Canada, aux Etats-Unis, en Europe et en France. Il y a aussi Miguel Escanez à la batterie, il est notamment ex-membre d’Aggravation et d’Irritones et Frédéric Coron, à la basse, qui nous vient du groupe Yum.

Pourquoi avoir choisi Pleasures comme nom de scène ?

Stéphane : On a beaucoup réfléchi. Au départ on a posé plein de noms très compliqués et très recherchés puis finalement on est tombé sur celui qui était le plus simple et le plus évident pour nous « Pleasures ». Ça correspond à ce qu’on veut faire, se faire plaisir et donner du plaisir aux gens même si ça fait très cliché comme formulation c’est vraiment le cas. Moi j’aime bien les noms de groupes simples comme celui de Love que j’adore par exemple qui est un nom très simple et là aussi, très cliché, mais ça semble évident.

Y a-t-il un lien avec l’autre groupe de musique intitulé pareillement ?

Stéphane : En effet on s’est rendu compte qu’il y avait deux autres groupes qui portaient le même nom en effet, mais il n’y a aucun lien. Il y en a un Allemand et un Afro-américain. Donc on peut dire qu’il y a un plaisir allemand, américain et français comme ça.

Vous êtes tous issus d’autres groupes musicaux. Pouvez-vous nous dire s’il y a des différences ou des ressemblances entre ces groupes et Pleasures ?

Stéphane : On vient d’univers, de groupe quand même différents. Et quand on s’est rencontrés on a voulu faire quelque chose de pop et rock’n’roll à la fois.

Patrick : En tout cas j’espère qu’il n’y a pas de ressemblances. Personnellement j’ai joué dans plein de groupes différents avec des styles différents alors que les autres viennent plus de la scène punk rock de Marseille. Donc on ne voulait pas faire pareil que les autres groupes, on voulait apporter notre différence. On a alors décidé de faire quelque chose de plus pop rock. Au départ pour décrire les bases sur lesquelles on voulait partir, on a posé deux mots : « groovy » et « sexy ».

Vous sortez votre premier album. Dites nous en plus ?

Stéphane : C’est un album qui s’appelle « Feel it rise » et qu’on a enregistré cet été pour lequel on a fait un peu confiance dans les compétences locales. En effet on l’a enregistré à Marseille dans le studio de répète et d’enregistrement de Rudy.

Patrick : Puis après on a fait le mastering au Sonics-Mastering à Marseille toujours. Et tout est allé très vite pour enregistrer ce premier album qui devait être un EP à la base. Parce que, en fait, quand on est arrivé dans les studios, on avait déjà quatre sons de créés, que l’on a expérimentés sur scène et que l’on a recrachés en studio en une prise. Du coup on s’est dit qu’on pouvait le transformer en album et en rajouter quatre autres. Tout est allé très vite et spontanément, c’est ce qui me plaît énormément.

Comment définiriez-vous votre musique ?

Stéphane : Ca c’est aux critiques d’en décider, je pense.

Patrick : Moi, je dirais qu’on est groovy, ça c’est sûr. Mais après c’est vrai que c’est difficile à décrire parce qu’à partir du moment ou l’on décrit on se met dans une certaine catégorie (parce qu’on dit qu’on est comme ça et pas autrement). Après je pense pas qu’on soit original parce qu’on ne va pas réinventer la musique. Donc je dirais qu’on a des refrains côtés pop mais aussi des refrains côtés rock.

Pleasures sur scène, qu’est-ce que c’est ?

Patrick : On essaie de tout donner de nous. Chaque fois qu’on passe sur scène on veut que se soit vivant et faire vibrer notre auditoire.

Stéphane : Des fois c’est des imprévus aussi. Par exemple un jour on a fait un concert acoustique malgré nous. En effet notre batteur s’était blessé le jour même et plutôt que d’annuler on a pris une guitare sèche et on a gardé une électrique et on a fait tout le set à deux guitares et deux chants. On a donc joué des morceaux bruts sans batterie et sans basses. On a trouvé ça très intéressant, de jouer de cette manière du coup on l’a refait deux autres fois et on le refera très certainement. On peut dire qu’une autre idée de performance est née, même si notre préférence va forcément avec la batterie.

Vous vous faites remarquer par vos concerts en collaboration avec plusieurs artistes, aussi ?

Patrick : En effet, on a essayé de faire un maximum de premières parties pour jouer devant des publics qui ne nous connaissent pas. On a joué avec Quetzal Snakes et les Meatbodies, avec les Liminanas et plein d’autres, ce sont des groupes qui nous correspondent plus ou moins. Là, on part sur une tournée de concerts à nous donc on verra ce que ça va donner.

Comment vous vient l’inspiration pour créer des morceaux ?

Patrick : Pour ce qui est de la recherche de morceaux c’est surtout le travail de Steph et moi. Il y a des morceaux que je travaille à la maison tout seul, puis, je les ramènes au studio pour les montrer aux autres et des fois ils aiment, des fois pas. Et pareil pour Steph il travaille les morceaux de son côté et petit à petit, ensemble, on travaille ces idées. Puis concernant d’où nous vient l’inspiration je dirais, de partout. Ça peut concerner tout ce qui se passe dans ma vie, dans nos vies, tout ce que je vois. Puis des fois on trouve des idées qui nous inspirent sans savoir forcément d’où ça vient donc c’est un peu magique aussi.

Stéphane : Oui voilà. On se voit souvent que tous les deux aussi pour composer puis après on les arrange à quatre, avec le reste du groupe.

D’autres projets en tête ?

Patrick : Là on va sortir notre premier disque, donc on est un peu focalisés sur ça. On a des dates de concerts qui sont programmés.

Stéphane : On a aussi un clip qui va sortir très prochainement, réalisé par Benoît Sabatier et Marcia Romano, qui sont des pointures en matière de réalisations de clips, donc on est assez fier. Ce clip a été réalisé pour le troisième titre de notre album « Sweet soul loving ». Ensuite on est déjà en train de composer notre second album qu’on compte sortir début d’année prochaine peut-être, il y a déjà deux, trois morceaux qui sont terminés et on a plein d’idées déjà pour ce prochain album.

Yasmine Romdhane

www.facebook.com/pg/Pleasures-578688965627652

 

Le 22/06/18 au Café Julien – Marseille (13).

Laisser un commentaire