Nouvelle Vague

#NVmagAlbumDeLegende

Sorti en 08/1976

Figure emblématique de l’univers reggae et de la spiritualité Rasta, l’artiste jamaïcain Peter Tosh a fait ses débuts dans les chapelles et rues du ghetto de Trench Town à Kingston. L’un des quartiers les plus chauds de Jamaïque où la pauvreté, le trafic de drogues et les meurtres règnent. Mais c’est aussi le lieu de toutes les créations musicales et de l’éclosion de nouveaux talents. C’est d’ailleurs là, en 1962, qu’il rencontre le légendaire Bob Marley et son acolyte Bunny Livingstone, eux aussi à leurs débuts. Ils décident de former le mythique groupe The Wailers qui va les mener vers la gloire et la reconnaissance internationale. Peter Tosh est alors épanoui et peut enfin chanter au monde ce qui le révolte. Mais le 11 septembre 1987, le pionnier du reggae, à qui son succès avait permis de sortir du ghetto, est rattrapé par son passé : il est abattu chez lui par un ancien de Trench Town.

Quarante-trois années se sont écoulées depuis la sortie de « Legalize It », son premier album solo. Peter Tosh, l’un des Rastas les plus engagés de sa génération, est un fervent défenseur des droits de l’Homme. Ses albums sont remplis de messages politiques allant de la légalisation de la marijuana aux abus de pouvoir jusqu’au respect de la justice ou contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Grand homme de convictions, il ne cesse de clamer ses engagements, notamment à travers le titre éponyme « Legalize It » mais aussi « Burial » et « Why Must I Cry ». Des paroles revendicatrices, le tout sur fond de musique joyeuse avec guitares, claviers et rythmes ska. Parfois le ton est plus grave comme dans « Igziabeher (Let Jah Be Praised) », une véritable prière rasta envers son dieu Jah. Avec ce premier album sans Bob Marley & The Wailers, Peter Tosh montre de quoi il est capable en s’appropriant le reggae, la musique du peuple.

Héloïse Vinale

Laisser un commentaire