Nouvelle Vague

#NvmagLiveReport

Le 17/07/18 au Mas des Escaravatiers – Puget-sur-Argens (83).

Patrice est un artiste qui aime plus que tout communier avec son public, il ne laisse jamais rien au hasard et dépense chaque joule d’énergie disponible dans son corps et son esprit pour offrir la musique de son groupe au public ! Le pire (ou le meilleur) c’est qu’il a constitué une bande de potes tout aussi investis que lui … Au Mas, si près des spectateurs j’avais prévu une soirée volcanique et je ne m’étais pas trompé ! J’avais juste sous-estimé la réactivité du public du Mas que je commence à pourtant bien connaître.

Patrice est un artiste que j’ai côtoyé pour la première fois en 2000 et que j’ai vu grandir artistiquement. Sa formule artistique repose sur une base afro-caribéenne que Patrice sait européaniser pour créer le maximum d’entrées stylistiques dans le but, je pense, de parvenir à un ensemble très inclusif que presque chacun peut apprécier car il y retrouvera quelque chose de sa petite musique personnelle mais aussi quelque chose qui lui fait aimer la musique en général. Qu’on aime, la pop, le reggae, le dance hall, le disco, le rock, le ska et j’en oublie … on trouvera tous et chacun quelque chose qu’on aime dans la musique de Patrice. On retrouve aussi dans cette manière de faire un reflet de l’histoire personnelle de Patrice lui-même qui s’est fait en tant qu’homme entre valeurs de la gauche allemande, anti colonialisme (il porte le prénom de Patrice Lumumba, président révolutionnaire et anticolonialiste du Congo, tragiquement assassiné par les services secrets belges et la CIA) et succès de la musique reggae et du modèle de société cosmopolite qu’il porte, en Allemagne. Un pays très industrieux comme toujours qui a su pérenniser de grands festivals super bien organisés mais aussi propulser Patrice et Gentleman dans le world business reggae pour construire et ne pas se contenter de profiter des fruits et de consommer comme on l’a fait en France avec le reggae.

Contrairement à Damian Marley que j’ai vu la semaine dernière et qu’on imagine à chaque instant de concert regretter de ne pas être chez lui sur son canapé ou en studio, Patrice adore la scène et court après les clameurs du public depuis des années, ayant forgé son style et construit son groupe après de multiples et très longues tournées mondiales (même si Allemagne et France restent ses principales attaches).

Au Mas le groupe avait l’air fatigué en débutant le concert mais comme tous les vrais amateurs de live, ils se sont reconstruits de mesures en titres à partir des clameurs du public pour finir portés par les cris et les applaudissements et exulter de bonheur. C’est à croire que le fan club de Patrice ait acheté l’intégralité des places au Mas ! Le public n’a eu de cesse de sauter, hurler, siffler, chanter et répondre à la moindre injonction des artistes dans des proportions qui m’ont surpris, frisant, en certains points de la fosse, l’hystérie collective. En Reggae il y a 3 voies principales pour émouvoir et mouvoir le public : la chanson qui évoque avec émotion un sentiment amoureux ou une volonté de changer le monde, le gros son hyper langoureux et syncopé qui fait onduler le corps en débutant par le bas des reins ou le bon ska qui fait sauter la foule. Patrice s’appuie principalement sur cette dernière formule, alors que je suis plutôt fan des 2 premières mais c’est en ça qu’il sait européaniser le reggae, le rendre plus spontané et appropriable pour le public d’Europes peu à l’aise physiquement avec la syncope (reggae, dance hall, zouk par exemple) ou les rythmes à 3 temps (samba, bossa ou … valse) et ça marche du feu de dieu !

Est-ce que pour autant j’ai bien fait de me rendre au Mas des Escaravatiers voir Patrice faire sauter le public sur des rythmes rapides évoquant ska et même pop rock par moment ? oui ! et mille fois oui ! J’ai passé une excellente soirée. Le fait que je ne sois pas spécialement fan de sa musique mais qu’étrangement je ne rate pas un seul de ses concerts ne fait souligner son énergie et son savoir faire sur scène ! Patrice est devenu un pilier de la musique Live en Europe mais n’a rien perdu de sa volonté et de son énergie, bien au contraire, c’est un perfectionniste et un amoureux sincère de la scène … comment ne pas lui donner raison et reconnaître la perspicacité de sa méthode ?

Laisser un commentaire