Nouvelle Vague

OLIVER CAMPANA

ZOOM-oliver-campana
Oliver Campana est un chanteur issu de la scène indie rock. Son identité musicale s’est développée entre la France et le Royaume Uni, plus particulièrement Londres où il a vécu, enregistré et joué « live » de façon intensive pendant 12 années. Inspiré par la musique soul, vagabond de la première heure, Oliver a su ancrer son style dans une veine énergique mais également planante et mélodique, pouvant rappeler aussi bien Coldplay que le E-Street Band ou The Faces.

 

Qui est « Oliver Campana » ?

Quand je suis revenu d’Angleterre, j’avais cette idée de créer un groupe qui porterait mon nom, parce que s’il se sépare j’aurais toujours mon nom (rires).

 

Avant de fonder ton propre groupe tu as eu pas mal d’expérience notamment au sein de « The Nervous Wrecks » ou encore « Drop-O-Rama », que retiens-tu de ses collaborations ?

Supers expériences ! Après la vie de groupe, c’est toujours compliqué à gérer. Il y a des moments où après le groupe, j’avais envie de faire autre chose derrière.

 

Peux-tu nous parler de l’enregistrement et la réalisation de « Life Is Beautiful » ?

J’ai écrit pas mal de chansons et de textes sur cet album, j’ai également supervisé l’enregistrement et l’édition. Sur ce disque, il y a eu la participation de Manuel (le guitariste) qui a écrit la musique de « Girl Like You » et « Broken Hearted ». En général, cela commence par la musique avec une ligne de chant. Quand la mélodie est trouvée, j’écris le texte, souvent je compose en marchant.

 

Qu’est-ce que tu préfères dans la culture anglo-saxonne ?

J’ai beaucoup composé à Londres. Je suis parti là-bas très jeune, je chantais déjà en anglais et la musique que j’aimais était jouée partout dans les pubs. J’ai pu y exprimer ma propre musique facilement.

 

Quelles sont tes influences musicales ?

C’est très vaste, j’écoute beaucoup de soul américaine (The Temptations, Otis Redding, Marvin Gay, etc.) mais à côté j’écoute la british wave (les Stones, les Beatles) mais aussi les Killers, Coldplay ou même U2.

 

Vous avez fait l’été dernier la première partie de De Palmas, vous êtes-vous rencontré, aimerais-tu un jour travailler avec lui ?

Oui, brièvement, moi j’étais dans ma bulle parce que je préparais un concert, mais les autres membres du groupe ont pas mal échangés avec les musiciens de De Palmas. Nous nous sommes serrés la main et nous sommes souhaités bonne chance. C’était un moment assez complice. Travailler avec lui oui pourquoi pas, en France c’est un des artistes que je préfère, ses chansons sont très bien écrites et bien construites.

 

Tu as été surpris de l’engouement du public lors du tremplin Emergenza (3ème sur 2000) ?

Oui plutôt, nous y sommes allez pour faire une date à Marseille au Café Julien (la première étape) et cela s’est très bien passé, nous étions très content. Nous avons alors été pris par l’engouement du tremplin.

 

Tu aurais un message à faire passer à tous ses fans qui vous suivent ?

Restez auprès de nous et surveillez les news car il va se passer beaucoup de chose en 2013.

 

Céline Dehédin & Jean-Pascal Roblin

www.olivercampana.com

Laisser un commentaire