Nouvelle Vague

MAT BASTARD

#NVmagZoom

Après avoir piloté le groupe Skip the Use pendant huit ans, l’ex leader, Mathieu-Emmanuel Monnaert alias Mat Bastard, nous présente son tout premier projet solo : La Loov. Cet album est l’occasion pour lui de renouer avec une musique aux discours engagés et énervés sous un style aux influences rock, électro, hip-hop et métal.

 

On dit de ta musique qu’elle est influencée par énormément de styles différents mais comment tu pourrais définir ton style à toi ?

Je fais vraiment du rock au sens premier du terme. Pour moi le rock, c’est vraiment faire des riffs avec une guitare. De temps en temps j’essaie de rajouter d’autres éléments, mais ça reste essentiellement des chansons composées à la guitare et jouées très fort.

 

Tu t’es séparé de Skip the Use en 2016, qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer en solo à ce moment-là et pas avant ?

Ça fait longtemps que j’avais envie de sortir un truc en solo, c’est juste que le réaliser ça prend du temps et il faut faire ça bien. C’est pour ça que je ne l’ai pas fait avant, mais j’y pensais depuis quelques années. Ce que j’ai sorti n’étais pas compatible avec Skip the Use du coup j’ai profité du break avec le groupe pour me lancer. Mais j’aurai très bien pu sortir un album solo en même temps qu’un album avec Skip the Use, si ça n’était pas incompatible.

 

Ton premier album « Loov » n’est pas passé inaperçu. On a l’impression que la transition Skip the Use à Mat Bastard s’est fait très naturellement auprès de tes fans ?

Je ne dirai pas ça. Ça n’a pas été forcément simple au départ parce que les gens mélangeaient les deux projets. Il a fallu justement pas mal de concerts, pas mal d’interviews pour vraiment passer d’un projet à l’autre. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, c’est beaucoup plus clair et beaucoup plus fluide, mais non ça n’a pas été forcément simple.

 

Quel est ton état d’esprit pour cette première tournée en « solo » ?

Je suis content ! Jusqu’ici tout se passe super bien, on a du monde. On est en tournée avec le groupe A-Vox qui va faire toutes les premières parties, et c’est vraiment bien parce qu’ensemble on arrive à composer des soirées énergiques et pleines d’échange.

Dernièrement tu as prêté ta voix pour le film « Zombillénium » et tu as aussi ton propre studio dans lequel tu produis des groupes. Entre la musique, le cinéma, ta vie de famille, les concerts, comment tu arrives à t’organiser ?

Je fais au mieux que je peux, même si ce n’est pas toujours simple. Déjà je dors peu (sourire). J’ai aussi la chance de pouvoir partir en tournée avec ma chérie puisqu’elle joue dans le groupe A-Vox. Puis je ne suis pas seul, j’ai ma manageuse qui m’aide à gérer tout ça. Si j’étais seul, ça aurait été beaucoup plus compliqué.

 

Quels sont tes nouveaux projets, un deuxième album est-il prévu ?

Il y a toujours de nouveaux albums qui sont prévus car j’aime la musique et j’écris tout le temps, mais après je ne peux pas dire quand exactement. En ce moment je suis en train de finir la production d’A-vox et de préparer la sortie de leur disque. Moi je continue à produire, à faire de la musique et j’aimerai continuer à faire des films. Des projets j’en ai plein, mais il faut prendre le temps de les mettre en place

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour l’avenir ?

J’ai la chance d’être très bien accompagné et d’avoir des projets. Je souhaite que tout se passe bien et que cela se concrétise.

Evora Gau

www.matbastard.com

Laisser un commentaire