Nouvelle Vague

MARKY RAMONE

ZOOM-Marky Ramone

Dimanche 6 septembre 2015, Marky Ramone et son « BLITEZRIEG TOUR » investit le Secret Place  à Montpellier, scène incontournable du Sud aux allures clairement assumées du mythique club new yorkais CBGB. Unique date en France pour cette légende du punk rock, dernier membre des RAMONES groupe fondateur du mouvement punk, entretien avec Michel et Nico (Mr Fist). Hey Oh Let’s Go !

Salut Marky, peux-tu nous parler des musiciens qui t’accompagnent sur la tournée, comment les as-tu choisi ?
Je suis accompagné de 3 musiciens, un chanteur italien, un guitariste et un bassiste argentins. Tous sont de grands fans des Ramones, depuis qu’ils sont musiciens ils ne jouent que du Ramones. Je voulais des musiciens en accord avec ma vision de la musique, capables de jouer devant 20 000 personnes ou 200 comme ce soir. Je les voulais en forme physiquement, énergiques sur scène avec un jeu proche de Johnny et DeeDee. Je prends beaucoup de plaisir à jouer avec eux.

Après toutes ces années comment trouves tu la motivation pour partir en tournée ?
Les Ramones m’ont tellement donné, que je me dois de perpétuer leur musique. C’est un héritage direct du punk rock des années 70. Johnny, Joey et DeeDee sont mort trop tôt, en tant que dernier membre du groupe je leur dois au moins ça, sans compter que je prends toujours autant de plaisir à jouer ces morceaux.

En ce qui concerne ton actualité hormis ta tournée, tu as sorti un livre en début d’année « My Life As A Ramone », de quoi parle ce livre car il n’a pas été traduit en France.
Je raconte les épisodes de ma vie avec les Ramones. J’ai joué 15 ans avec eux, fait 9 albums studio, plus de 1000 concerts, connu un énorme succès auprès des fans et reçu un Grammy Award. Le livre raconte les anecdotes de cette période, des débuts au CBGB aux tournées mondiales. J’évoque aussi les rencontres faites avec d’autres musiciens tels que Richard Hell, Wayne County, les Clash et tant d’autres. Je parle aussi de mes années scolaires désastreuses qui m’ont poussé à faire de la musique en tant qu’exutoire. C’est de tout cela dont je parle dans le livre, mais normalement celui-ci devrait sortir en français cette année.

Je vois qu’aujourd’hui tu joues avec beaucoup de musiciens différents, quels seraient les musiciens avec qui tu aimerais jouer ?
Malheureusement la plupart sont morts. J’aurais aimé former un groupe avec Johnny Thunder, DeeDee et Joe Strummer car cela aurait été un super groupe ! Sinon jouer avec Johnny Rotten et Iggy Pop me plairait aussi. En fait, tous mes héros sont morts…

Comment analyses-tu le succès et l’héritage laissé au punk rock par les Ramones?
Je ne sais pas pourquoi les fans nous ont choisi…je leur suis reconnaissant et fier de ce que l’on a réalisé avec les Ramones, c’est juste incroyable ! Ils auraient pu choisir un autre groupe, mais non ! C’est tombé sur nous et tant mieux si nous avons créé des vocations et influencé d’autres groupes.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?
Il va y avoir la tournée aux Etats-Unis, je vais commercialiser ma marque de bière et les bénéfices iront à des œuvres caritatives. Je ne bois pas d’alcool mais j’ai entendu dire qu’elle est excellente.
Je m’occupe aussi de mon émission radio, je participe à la réédition de deux albums de mon premier groupe DUST. Je m’occupe aussi de la commercialisation de ma sauce pour les pâtes « Brooklyn’s Own Pasta Sauce » dont les bénéfices servent à financer la recherche pour les autistes, c’est un sujet qui me tient beaucoup à cœur et j’espère vraiment qu’un jour on trouvera un traitement pour cette maladie.
Je pense que c’est déjà pas mal comme projets pour un seul homme…

Dernière question Marky, t’intéresses-tu à la scène punk rock française?
Le problème c’est qu’aux Etats-Unis on ne programme que des groupes anglophones, donc c’est difficile de découvrir des groupes étrangers. C’est vraiment dommage car il y a beaucoup de groupes notamment en Amérique du Sud qui sont excellents et je pense que c’est pareil en Europe. Malheureusement je n’ai pas le temps pour découvrir ces groupes…En vivant en Europe les choses seraient différentes évidemment.

Nicolas Corniglion
www.markyramone.com

Laisser un commentaire