Nouvelle Vague

MARK KNOPFLER

ZOOM-Mark_Knopfler

Mark Knopfler fut le leader et la tête pensante du célébrissime groupe Dire Straits. La formation rencontra entre 1977 et 1995 un succès colossal. Tout commença par un premier opus et un titre « Sultans Of Swing », qui rend hommage aux groupes jouant dans les bars et cabarets. Cinq albums vont suivre et les ventes de Dire Straits vont être vertigineuses, car celui-ci va être en tête dans les années 80. Cette gloire peut s’expliquer de nombreuses façons, mais le pivot central en est le son de la guitare de Mark Knopfler, avec un jeu simple, classique mais d’une extrême élégance.

Le rock de Dire Straits n’est en rien révolutionnaire, il prend sa source dans de multiples influences. Elles vont du blues à la musique des années 50 et 60, beat rock, folk et jazz. En pleine vague punk, puis disco et new wave, les musiciens proposèrent une musique enracinée dans le passé, le plus souvent mélancolique, dans des climats blues-country-rock ou l’on retrouve régulièrement les ombres de Bob Dylan et The Band. De plus en plus demandé en tant que musicien de studio, Mark Knopfler devient également un compositeur de musiques de film recherché (la B.O de Local Hero fut l’une des plus remarquables parmi toutes celles qu’il composera au fil des années). Mais le gigantisme de ce succès va bientôt épuiser le groupe, les tournées interminables dans les stades vont user chacun jusqu’à une séparation définitive en 1995.

Vingt années vont passer et Mark Knofler va continuer son chemin artistique avec une carrière solo très riche. Si les compositions sont toujours aussi flamboyantes, le succès public sera bien moindre qu’avec Dire Straits. Ceci étant, un grand nombre d’albums vont se succéder. Le tout premier, « Golden Heart » de 1993, a des consonances celtiques. Centré sur le thème de l’amour, il développe des compositions subtiles, souvent romantiques et très fluides. Le nouveau registre folk va plutôt bien à Mark Knofler. Le second de 2000, « Sailing To Philadelphia », sera son plus grand succès en solo avec de splendides mélodies et les collaborations de Van Morrison et James Taylor. Il est vrai qu’il se rapproche beaucoup de ce que notre guitar-hero composait en son temps pour Dire Straits. Pur et cristallin par excellence, cet opus marquera d’un sceau indélébile la nouvelle carrière de son auteur.

« The Ragpicker’s Dream » de 2002 est un autre exercice de style dans lequel l’artiste nous impressionne et fait découvrir un nouveau don, la possibilité d’écrire avec maestria des titres dans le style de ce qui se faisait dans les années 1920, avec les guitares dominant les débats. Trois autres albums vont suivre : « Shangri-la » de 2004, « Kill to Get Crimson » de 2007 et « Get Lucky » de 2009. Avec « Privatering » de 2012, double album ambitieux, confirmera encore une fois la flamboyance des compositions de cet immense musicien. En une vingtaine de titres, il nous propose un tour d’horizon de toutes les facettes musicales de son univers musical : sonorités celtiques, rock US, country folk, ballades intemporelles, blues-rock lancinant, climats acoustiques en apesanteur et ambiances jazz-soft feutrées.

La nouvelle tournée mondiale de Mark Knopfler débute le 15 mai prochain. Elle couvrira l’Europe, les Etats Unis et le Canada et permettra de découvrir les titres d’un tout nouvel opus appelé Tracker, qui mêle encore une fois pop, rock et country. Nous aurons également le privilège de revoir en scène une immense star, dont les albums n’ont cessé de nous émouvoir depuis presque quatre décennies.

Raymond Sérini
Le 29/05 au Palais Nikaia de Nice (06)

Laisser un commentaire