Nouvelle Vague

MARCO FUSI AU FESTIVAL MANCA

viloe alto

LE 06/12/18 Au Palais Lascaris – Nice (06)
#NVmagLiveReport

Assister à un concert du festival MANCA est toujours une expérience intéressante et inattendue. Ce jeudi, nous avons déjà le plaisir de pénétrer dans le magnifique Palais Lascaris, un musée consacré à la musique, au beau milieu du Vieux-Nice, pour rejoindre la salle du deuxième étage. Plus une chaise de libre, certes ce n’est pas l’Olympia mais pour une musique exigeante comme celle que l’on va entendre, c’est réconfortant de voir qu’il y a un public pour celle-ci aussi. Au programme, un récital pour alto et viole d’amour préparée. Un instrument baroque, une cellule, un micro, des filtres informatiques pour une musique du 21ème siècle.
Quatre compositeurs, quatre courtes œuvres dont une déclinée en deux versions.
C’est une musique que l’on ne peut pas vraiment déchire, raconter. Point ou peu de mélodie, le rythme, les tempos ne sont pas toujours faciles à saisir et pourtant c’est une musique prenante qui force l’écoute et le regard car les gestes de Marco Fusi font aussi partie de l’interprétation. Résonances et harmoniques sont les maîtres mots de cette soirée. La viole d’amour a déjà des cordes qui vibrent par sympathie, alors quand grâce à l’électronique certains sons reviennent au travers des quatre enceintes disposées au fond de la salle, toute la pièce est remplie de notes qui entrent en résonance à chaque coup d’archet, à chaque pizzicato, à chaque frottement sur les cordes. Et, quand la musique s’arrête, les notes ou leurs chimères continuent leur voyage dans notre cerveau.
Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

Jacques Lerognon

Laisser un commentaire