Nouvelle Vague

MAI LAN

ZOOM-Mai Lan-1612053168_-_c_quentin_curtat-WEB

#NVmagZoom

Mai Lan revient (enfin) avec un nouvel album nommé « Autopilote » pour fêter ce début d’année. Après les ballades pop folk d’ «Easy» en 2012, elle nous prend à contre pied et nous embarque pour apprécier la force déroutante de ce nouveau projet aux très fortes consonances électro.

Artiste atypique, il ne pouvait en être autrement au vue de son univers, sa famille et ses influences. En effet Mai lan est une chanteuse hors du commun qui puise toute son énergie de sa diversité musicale. Cette voix douce et envoûtante se pose sur des paroles parfois corrosives comme sur la BO de Sheitan et vous prend à contre pied. Baignée dans le milieu du rap, et parrainée par les plus grands comme Oxmo Puccino, elle participera au titre « la danse couchée » de son album « le roi sans carrosse » en 2012 avant de sortir l’année suivant son premier album « Mai Lan» avec son titre très remarqué « Easy » qui fut propulsé par la publicité de la marque SFR lui ouvrant de nouveaux horizons et une notoriété plus importante du grand public. Après plusieurs dates dans des festivals et des collaborations musicales avec Jabberwocky, Birdy Nam Nam et M83, elle revient ce début d’année 2017 avec un nouveau single intitulé « Vampire ». Mais Mai Lan ne s’arrête pas là avec un nouvel album appelé « Autopilote » qui est sorti le 3 novembre dernier et dont les des influences semblent encore différentes comme sur le titre « Pas d’amour » qui fait penser à l’univers très particulier de la chanteuse Camille. En attendant de pouvoir écouter ce nouvel EP, la belle nous « tease » avec une superbe pochette et un clip, tous deux réalisés par Panamaera, à découvrir dès maintenant.

Depuis le début du mois, tu enchaines les dates en France avec une dernière date prévue à la maroquinerie à Paris le 6 Décembre. Comment se sont passées ces 1 ère dates et quel a été l’accueil des nouveaux titres ?

Je le vis bien. Ca se passe super bien. Ce sont des morceaux qui ne sont pas tous sortis mais on a des très bonnes réactions. Je suis contente de les présenter.

 

Peux-tu me parler de ta collaboration avec Panamaera et de l’univers créé sur ce nouvel album autant dans les clips que sur le visuel de la pochette ?

C’est eux qui font toutes les images de l’album. C’était important pour moi car on le fait ensemble. J’ai vraiment eu besoin d’avoir la main dessus en trouvant une bonne équipe avec qui je m’entends bien, des gens hyper forts, avec qui on peut échanger et travailler main dans la main.

 

Au niveau des clips ? Tu avais déjà des envies ? C’est eux qui te faisaient des propositions ?

Pour toutes mes chansons, j’ai vraiment en même temps les images qui me viennent. Quand j’écris je visualise toujours l’univers. J’arrive toujours avec mon ambiance, parfois même mon idée. Par exemple pour le clip « Pas d’Amour » c’était une idée bien précise. On rigole, on écrit ensemble, on trouve plein d’idées, dans des séances de brainstorming très sympas. Ils sont devenus de très bons potes, c’est un vrai travail de groupe !

 

Comment est venu le nom de l’album « autopilote » ?

Autopilote, c’est le titre de la première chanson de l’album. Ca décrit un peu l’état dans lequel j’étais en écrivant l’album. C’est un moment où je me suis un peu recentrée, où je suis peu entrée en moi pour faire du ménage, ou essayer de comprendre, de me connaître, et tout l’album il a été écrit dans cette période là. Une introspection. La cover c’est une espèce de vaisseau et il y a une petite échelle et je suis à l’intérieur. « Technique », « Blaze Up » et « Pas d’Amour », des titres aux styles très différents. Une ambiance folk moins prononcée que sur « Easy ».

 

C’était une volonté ou une évidence de le construire comme ça ?

C’était une volonté. J’avais envie de sons très électroniques. Je me sens très proche de ça. Après c’est une histoire de périodes aussi. A l’époque j’étais très inspirée par les guitares. Et puis là j’avais envie de quelque chose de plus frontal, de plus produit. Les prods ont peu d’éléments, un beat, de grosses basses et la voix très présente avec pleins d’éléments qui vont et viennent. J’avais envie d’un son plus frontal pour le live, que ce soit très percutant.

 

Je trouve que le titre « Pas d’amour » a un petit côté de l’univers de Camille. C’est une artiste qui fait partie de tes références ?

Oui j’adore Camille. C’est marrant on m’a jamais dit ça pour ce morceau. Je ne sais pas si c’est une influence directe mais en tout cas son album « Le Fil » je le connais par cœur et j’adore son écriture. Effectivement il y a quelque chose d’un peu enfantin là dedans très simple, des mots très simples, ce sont des émotions, des images. Tous les morceaux sont personnels, plus ou moins accessibles dans l’émotion mais en tout cas très électro comme « Nail Polish » très « deep » où je parle de psychoses. C’est délivré avec énergie et rigolade. Il y a toujours des « prises de tête » internes. Je dis que c’est le « mood » dans lequel j’étais mais j’y suis encore !

 

Quels sont les albums que tu écoutes en ce moment ?

Mes albums du moment c’est LCD Sounds System. Mon album de l’année dernière c’était « Blonde » de Frank Ocean et j’adore en ce moment le nouvel album de Charlotte Gainsbourg, il est magnifique. Il faut vraiment rentrer dedans, j’écoute que ça ! Une belle réussite.

Quelque chose que tu voudrais dire à propos de la sortie de l’album ce début d’année ?

J’ai hâte que l’album sorte et de voir comment les gens vont l’accueillir et pouvoir le partager.

Elisa Klein

www.facebook.com/thisismailan

Laisser un commentaire