Nouvelle Vague

LES WAMPAS

ZOOM-Les Wampas- Hugues Habert copie

Non le Rock n’est pas mort et pour notre plus grand plaisir, ils reviennent vous secouer les neurones et les oreilles au son du punk bien gras, et des guitares saturées, accompagné évidemment par le charismatique Didier, je veux bien sûr parler des WAMPAS ! Qui ne souvient pas de « Manu Chao », « Chirac en Prison » (qui fit scandale en 2006) et autre « Réminini »… A quel bonheur, de nouveau se défouler sur des rythmes endiablés au son de ce best of intitulé « Never Trust ». Et, qui pourrait mieux nous en parler que son chanteur, oui Monsieur himself : Didier Wampas ! Rencontre avec le Dieu du punk, le temps d’une pause…

Comment vas-tu ?

Ça va plutôt bien, nous avons joué ce weekend avec les Wampas. Là, tu vois, je suis en train de réparer une vieille guitare, que j’ai eu aux états unis, via internet, à 25 dollars. Et, j’essaye de la faire fonctionner, ce n’est pas gagné… Je vais vous présenter toute l’équipe des Wampas, il y a 5 techniciens (José qui répare les guitares, Cyril à la lumière, Willow au son, Alain Picon à la régie, et une personne de plus au retour) plus les 5 musiciens des Wampas (moi-inclus)

Un best-of « Never Trust » qui sort le 02 octobre, une jolie tournée, alors ça y est, c’est bel et bien reparti pour les Wampas ?

C’est reparti depuis un bout de temps déjà, cela fait bientôt un an maintenant et même plus. En fait les Wampas, ne se sont jamais vraiment arrêté. Nous avons fait des pauses, parfois des projets parallèles ou perso comme moi avec les Bikini Machines. Mais, nous avons toujours été un groupe.

Trouves-tu qu’il y a une différence entre le public parisien et celui de la province ?

Quand tu joues en Alsace ou en Bretagne, forcément ce n’est pas le même public. Il y a plein de provinces différentes donc à chaque région, les spectateurs et l’ambiance sont différents, chaque concert est donc unique ! Et heureusement !

Peux-tu nous parler du best-of ?

Bien sûr ! Alors déjà le choix des chansons a été difficile car nous n’avons pas pu mettre tout ce que nous voulions. C’est normal en plus de 30 ans de carrière. Nous avons essayé de faire l’équilibre entre les titres que nous aimions et ceux que les gens plébiscitent le plus. A côté, nous avons pu mettre un autre CD (bonus) dans le package avec des titres inédits et rares, là aussi nous n’avons pas pu mettre tout ce que nous voulions. Nous avons mis les titres dans l’ordre chronologique de sorti des morceaux.

Plus de 32 ans de carrière mais quel est le secret d’une telle longévité ?

C’est bizarre que tout le monde me pose cette question ! La musique, c’est ma manière de vivre, de m’exprimer et de partager des choses avec les gens. Les Wampas c’est toute ma vie ! Les Wampas continuent et continueront encore longtemps !

Qu’est-ce qui te donne encore la niaque ?

Je dirais tout dans le monde extérieur et l’envie de vivre. C’est un gros kiff, de faire des chansons de rock et monter sur scène.

Combien de temps va durer la tournée ?

A vrai dire, je n’en sais trop rien, vu que le groupe ne s’arrête jamais vraiment. C’est un cycle sans fin. Au pire, je m’arrête 2 ou 3 mois pour mieux repartir sur les routes. Il y aura aussi, probablement des festivals l’été prochain.

Perso, tu as d’autres projets en cours ?

J’ai monté un groupe avec ma fiancée et mes enfants, du nom de Sugar & Tiger. Un premier album est sorti l’année dernière. Il y a un deuxième album qui sort en janvier. C’est cool de pouvoir jouer avec ses enfants. L’année dernière, nous sommes partis faire une tournée en Asie (au Cambodge, au Laos), pendant deux semaines. Niveau logistique, c’est beaucoup plus facile à gérer car Les Wampas représente une dizaine de personnes à déplacer et il faut que l’ensemble du groupe soit disponible. Alors que Sugar & Tiger, il suffit juste de prendre la guitare sur son dos et c’est parti. C’est une formule alternative qui permet de jouer partout, dans n’importe quelles conditions. Il y a Florence ma fiancée au chant, mon fils Arnold à la guitare, Diego mon autre fils à la batterie, Jean-Mi le bassiste des Wampas et moi au chant et à la guitare.

Céline Dehédin & Jean-Pascal Roblin

Le 10/10 au Festival de la Chanson Française, à la Salle du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence (13)

Crédit Photo : Hugues Habert

Laisser un commentaire