Nouvelle Vague

LES NUITS CARRÉES, Du 23 au 24/06 à l’Amphithéâtre du Fort Carrée – Antibes (06)

604_3330 mini

10 ans déjà ! Que rêver de mieux que de voir l’amphithéâtre afficher « complet », une chaleur estivale se languissant sur le Fort carré et une programmation alléchante à l’affiche. Heureuse initiative aussi d’avoir légèrement décalé les dates afin de profiter de ces deux soirées libres de l’Euro. Un vrai bol d’oxygène !

 

1er jour:

Armelle Ita lança la soirée avec son trio voix/clavier/kora. C’était la première fois que je voyais un non-africain jouer de cet instrument. Puis le groupe Elephant enchaina, presque des habitués de la Côte après leurs deux passages en 2012 – 2013 aux découvertes « Nuits Carrées » et à la salle Grappelli. La nuit était tombée lorsqu’Oxmo Puccino monta sur scène. Avec ses mots toujours aussi beaux, avec sa verve toujours aussi percutante, il enflamma les 3400 spectateurs présents. Amour, amour toujours, ses textes font si chauds au cœur que, lorsque nous les écoutons, se séparer devient une déchirure. Chinese Man (version Dj) clôtura la soirée avec un set électro. Beaucoup se sont donnés rendez-vous le lendemain pour une soirée encore plus chaude sauf que vu l’heure tardive, le lendemain est le soir.

 

2 ème jour :

Second soir des Nuits Carrées avec un programme imposant. Alpes, les locaux, ont ouvert le bal avec leur rock toujours aussi dynamique et ils nous ont présenté leur tout nouvel album. Ensuite place aux belges du groupe Puggy, toujours aussi percutant, pour un superbe set, rock également, ravisant le public nombreux (le « sold out » ne devait pas être loin hier). Changement de style, le rock laisse la place à l’électro/funk/disco de General Elektriks toujours porté par le virevoltant Hervé Salters. On file ensuite vers de l’électro pop avec Breakbot Live et moi vers mon lit, n’étant pas amateur de ce type de musique, ce jugement n’étant pas lié aux qualités du groupe.

Deux jours merveilleux pour ce dixième anniversaire, difficile de faire mieux. Juste un petit reproche, les temps pour les changements de plateaux étaient trop longs pour cette soirée. Place à l’Euro, mais que cette pause fut salutaire. Félicitations à Sébastien Hamard et à toute son équipe. A l’année prochaine pour une seconde décennie de concerts.

Jean-Luc Thibault

 

 

Laisser un commentaire