Nouvelle Vague
ZOOM-NomadCafé

De la programmation de concerts à la production d’artistes en passant par les résidences, en 13 ans la structure marseillaise a su développer tout un éventail d’activités en faveur des « musiques actuelles ». Le Nomad’Café permet aujourd’hui à de nombreux groupes et artistes de donner vie à leurs projets. Mehdi Haddjeri, le directeur de la programmation (mais aussi musicien et directeur artistique) nous en dit un peu plus.

 

À l’origine

C’est en 2000, en plein cœur du 13e arrondissement à Marseille, qualifié de « véritable no man’s land culturel » par Mehdi, qu’est né le Nomad’Café. Un projet à l’initiative d’une bande d’étudiants réunis autour d’une passion commune et d’un constat commun : « à la sortie de la Faculté, avec mes deux frères et un collectif de potes musiciens, nous avons constaté qu’il n’y avait pas beaucoup d’endroits pour travailler la musique et très peu de studios et de salles de diffusion » explique Mehdi. La petite équipe se met alors au boulot et fonde l’association Espace culturel Méditerranéen pour porter le projet, puis récupère une ancienne salle de sport qui portera par la suite le nom de Nomad’Café : « au tout début, lors d’une assemblée générale de l’association, nous cherchions un nom pour le lieu et comme nous avions pour principe de monter et démonter des décors particuliers d’une salle à l’autre pour les concerts, Nomad’Café en est sorti. »

Une action à 360°

De même que Rome ne s’est pas construite en un jour, le Nomad’Café n’a pas directement diversifié ses activités : « au début c’était seulement une salle de concert et de répétition. […] Tout s’est fait progressivement mais les idées ont très rapidement été couchées sur papier. Aujourd’hui nous avons un outil assez bien calibré, nous pouvons recevoir plus de 300 personnes ». Avec le temps mais surtout avec une passion pour la musique qui ne s’affaiblit pas ainsi qu’une volonté de participer à la vie culturelle de la cité phocéenne, la structure élargit son champ d’action et se lance dans l’accompagnement et la production d’artistes issus de la région. Même si « la vitrine du Nomad’Café reste la diffusion avec 2 à 3 concerts programmés par mois, nous développons de plus en plus ce genre d’activités, en adéquation avec tous ce que nous avons décrit depuis 10 ans, pour répondre à une demande ». De la programmation de concerts à la production de groupes en passant par l’accueil d’artistes en résidences (une trentaine de groupes par an) ou encore la mise à disposition d’un studio (plus de quarante occupations par an), cette structure fournit aujourd’hui un appui logistique et artistique de qualité afin de permettre à certains groupes de réaliser leurs projets. Bien que cela s’y rapproche « nous ne sommes pas un label car nous produisons qu’un seul groupe à la fois, nous n’avons pas les moyens de faire plus et nous ne savons pas qui nous produirons dans deux ans, là ce sont les Temenik Electric ». En effet, après avoir coproduit Papet-J point Rit avec Rocker Promocion, le Nomad’Café accompagne aujourd’hui les Temenik Electric, groupe d’arabian rock : « l’album va sortir le 29 avril, nous faisons la sortie Marseillaise ici le 30 et nous allons nous occuper de la production du groupe pendant encore deux ans ».

L’envie, pas forcément les moyens

Le Nomad’Café bénéficie à présent d’un rayonnement à échelle régionale de par ses multiples collaborations avec des groupes locaux et son adhésion au groupement Phonopaca et au réseau Tréma. Si nous prenons en compte les concerts ainsi que les nombreux artistes accueillis en résidence, leurs actions se mesurent même au niveau national. Malgré cela, comme beaucoup d’associations culturelles, le Nomad’Café manque de suivi et de moyens : « nous arrivons à maintenir une équipe de quatre salariés mais ce n’est pas sans mal. Ce n’est pas non plus sans mal d’avoir perduré dans le temps. Il faudrait que nous ayons un peu plus de moyens et que nous soyons pris un peu plus au sérieux au niveau politique ». Mais le Nomad’Café ne baisse pas pour autant les bras et continue de développer ses activités.

Antoine Gaudin

www.lenomad.com

Réservez vos places !

Laisser un commentaire