Nouvelle Vague

Le 20/10/18 à l’Acropolis – Nice (06).

#NVmagLiveReport

Combien d’artistes peuvent prétendre avoir rempli des salles de 2500 personnes tout au long de leurs 50 années de carrière sans frasques médiatiques ni omniprésence télévisuelle ? Certainement très peu d’autres que Julien Clerc. À l’aube de ses 71 ans et de son 25ème album studio, s’il n’a plus la fougue qui le caractérisait à ses débuts, sa prestation de plus de 2 heures n’en est pas moins remarquable : voix tenue, prestations solides et le savoir-faire scénique de la vieille école mettant toujours à l’honneur l’humilité face au public avant tout. À l’occasion de ce 50ème anniversaire, rétrospective obligatoire des classiques qui ont marqué plusieurs générations de Français (« Ce N’est Rien », « Ma Préférence », « Melissa », « La Fille Aux Bas Nylons », « Hélène », « Femmes, Je Vous Aime », « Fais-Moi Une Place », « Si On Chantait », etc…) mais aussi de ceux qui ne sont pas de lui mais qu’il a vécu comme des moments importants de sa carrière (« Laissons Entrer Le Soleil », « Emilie Jolie », …), le tout parsemé de quelques pépites enfouies de sa discographie (« Fou, Peut-Être », « Utile », « La Cavalerie », … ) incluant ses derniers titres en date: « Je T’Aime, Etc. » et « Sous Mon Arbre ». Hommages à Gilbert Bécaud, qui a grandement contribué à le lancer, ainsi qu’à la disparition récente de Charles Aznavour en interprétant deux chansons de leurs répertoires, « C’est En Septembre » et « For Me, Formidable ». Bassiste, guitariste, batteur et claviériste souvent multi-instrumentiste, quatuor de cordes, une scène esthétique, des écrans vidéo mis à profit pour diffuser parfois quelques extraits d’anciens vidéo-clips ou animations conçues pour ce concert, et Julien Clerc assis la moitié du temps à un grand piano à queue blanc, partageant parfois quelques anecdotes; de quoi combler les personnes venues à Nice marquer cet anniversaire mémorable pour l’un des chefs de file incontesté de la chanson française depuis désormais un demi-siècle.

Christopher Mathieu

www.julienclerc.com

Laisser un commentaire