Nouvelle Vague

JEFFREY LEWIS & LOS BOLTS

Le 17/09/18 à la Machine à Coudre – Marseille (13).

#NVmagLiveReport

Just Do It your Self. Jeffrey Lewis est un jusqu’au-boutiste prolifique : songwriter, auteur de bandes dessinés, photocopieur de ses bandes dessinés, illustrateur, conteur de récits populaires… Il fourmille d’idées et de capacités à les faire exister. Fidèle à son rendez-vous pris tous les deux ans avec la France, il était de passage à la Machine à Coudre. C’est dans la ferveur d’un lundi soir entouré d’adeptes du déni de la chute du dimanche et d’optimistes de l’horizon neuf offert par le lundi, que Jeffrey Lewis joue ce soir avec Los Bolts. Le génial new yorkais de l’anti folk est un diseur d’aventures. Avec un mélange de distance ironique sur les choses de la vie et d’angoisses existentielles latentes, maitrisées par un sourire espiègle, il se raconte tout en humour. Ses tranches de vie croisent les aléas et conséquences des choix politiques d’hier et d’aujourd’hui du récit commun. La grande histoire parle avec la petite, chacune trouve sa place au rythme des péripéties qui défilent avec une énergie qui porte son public jusqu’au rang du fond. Les idées abondent, ces albums bricolés avec les moyens du bord communiquent avec les comics qu’il auto publie. Mention spéciale pour ses Sonneth Youth, dérivés des albums des Sonics Youth. “New York les appartements sont tellement petits qu’il est très difficile d’avoir un groupe de musique. Tu essayes d’être assez silencieux parce que tu as des voisins de tous les côtés. La meilleure chose à faire pour quelqu’un qui essaye de créer de la musique, c’est d’utiliser les mots car c’est le seul outil à ta disposition.” Il est en challenge permanent avec sa créativité. Certains penseront qu’il aime se compliquer la vie, d’autres y verront une démarche sur le long terme, à la recherche d’un certain inconfort pour ne pas perdre sa verve. Chaque tournée est faite à l’arrache, chaque concert est une improvisation minutieuse. La fuite du ronron quotidien, du job banalisé permet la recherche du moment unique. Il fait d’un lundi de septembre lambda un moment de rencontre et de création que seul les gens présents ce soir la vivront. Chercher l’inconnu de l’instant comme ventoline à l’implacable répétition du temps. Le moment fut singulier, enjoué et moite ce soir là.

Nadja Grenier

Laisser un commentaire