Nouvelle Vague
Zoom-Pantiero-JM-Sevain

Depuis onze ans, le Pantiero sévit à Cannes. Loin des paillettes de la Croisette, place aux musiques actuelles. Dirty Beaches, Darkstar, Kavinsky, 2013 est placé sous le signe de l’électro, du rock et de quelques nouveautés dans la formule. Rencontre avec Jean-Marie Sevain, le directeur artistique du Festival.

 

Comment est né le Pantiero et quelle est sa philosophie ?

C’est avant tout grâce à David Lisnard qui est le premier adjoint au maire de Cannes. En 2002 il a voulu créer un festival de musiques actuelles, il m’a alors contacté, nous étions de vieux camarades de classe et il avait suivi mon parcours de loin. Le but c’est de proposer au public du Sud-Est de la France des groupes qu’ils n’auraient pas eu la chance de voir autrement, mais aussi de leur faire découvrir des artistes. Les deux premières éditions se sont faites sur la place du Pantiero, d’où le nom, puis nous avons trouvé cette salle du Palais des Congrés, magnifique, presque magique et beaucoup plus pratique.

 

Musicalement parlant, comment faites-vous votre choix ?

J’écoute beaucoup de nouveautés donc mes choix se calquent naturellement sur l’actualité musicale. Cependant on ne cherche pas à être coûte que coûte dans l’air du temps, sinon nous n’aurions que des têtes d’affiche, ce qui n’est pas le cas. Nous présentons aussi bien de grands noms que d’autres moins connus mais qui ont un vrai potentiel. La seule chose qui compte, c’est la qualité. C’est pour cela qu’avant de sélectionner un artiste, je vais le voir jouer sur scène. S’il est bon en live, même s’il n’est pas nécessairement connu, il a une chance de faire partie de l’aventure. Les artistes plus connus jouent le rôle de locomotive.

 

Pourquoi avoir décidé de changer un peu le format et en quoi consiste ce changement ?

Dans le format, le Pantiero était resté le même, seule la programmation a changé au fil des années. Mais nous nous sommes rendu compte que quatre soirs de concerts c’était trop, nous avons donc réduit le temps du festival pour passer à trois dates. Et puis nous avons décidé d’organiser nous même ces prolongations de soirées. Avant nous passions par différentes salles ou organismes, mais c’était très compliqué et fluctuant, une année nous trouvions un lieu satisfaisant pour faire durer la soirée jusqu’à 3h du matin et une autre non. Jusque là nous avions eu l’espoir que les choses s’arrangent puis un beau jour nous avons choisi de s’en occuper nous même.

 

Si vous n’aviez que trois mots pour définir le Pantiero ?

Découverte, Pertinence et Cadre.

 

Manon Feldmann

Du 11 au 13/07 au Palais des Festivals – Cannes (06)

www.festivalpantiero.com

1 Commentaire

Laisser un commentaire