Nouvelle Vague

JAMMIN SUMMER SESSIONS: ISHKERO

ishkero [NV]

#NVmagLiveReport

15/07/20 – Petite pinède, Juan Les Pins (06).

Après quatre long mois de disette musicale, voici le retour des concerts, des photos, des Live Reports.
Si le festival Jazz à Juan est annulé, les Jammin Summer Sessions sont bel et bien programmées, en soirée pour l’occasion. Concert FFP2 cependant puisque le port du masque est vivement recommandé et finalement moins pénible que prévu.
21h tapantes, les cinq musiciens de Ishkero prennent place sur la scène encore baignée d’une douce chaleur. Chacun d’eux, à l’exception du batteur (qui lui, joue avec deux caisses claires), est doté d’un copieux pedalboard
Et d’emblée, ils attaquent leur jazz rock, leur jazz fusion mâtiné d’influence africaine mais aussi celtique (la flûte d’Adrien Duterte, y est surement pour quelque chose). Deux morceaux enchainés avant qu’Antoine Vidal ne délaisse sa basse quelques instants pour nous dire leur plaisir de jouer, de rejouer enfin. Une basse qu’il reprend bien vite pour un long solo avec effets qui introduit le titre suivant. Victor Gasq, le guitariste se lâche aussi. De longues boucles nappées de flûte ou de Rhodes. Puis vient leur morceau de bravoure, « It’s Time For Bed », où chacun aura son moment. Superbe chorus gilmourien de la guitare, envolée puissante du batteur Tao Enrilch, quelques sonorités exaltées s’échappent des claviers, le flûtiste se fait percussionniste. La nuit est tombée depuis un moment, les mouettes ont cessé de survoler la pinède. Ishkero se lance dans la partie finale de leur set, « Brume », titre éponyme de leur futur album (sortie reportée à l’automne). De très beaux passages où la guitare et la flûte jouent tantôt à l’unisson, tantôt en canon. Et puis, c’est la fin!
Les cinq musiciens d’Ishkero n’ont pas perdu leur temps depuis leur passage au Jammin Juan en octobre 2018. Ils ont gagné en maturité, leurs nouvelles compositions sont, elles aussi, plus fortes, plus abouties. Mais leur vrai force est d’être un groupe fusion (!) plutôt qu’une somme d’individualités.
A la prochaine donc…

Jacques Lerognon

Laisser un commentaire