Nouvelle Vague
ZOOM-Isiah-shaka
La vie est ainsi faite, on part explorer le monde pour ouvrir son cœur à de nouvelles expériences mais ce parcours nous ramène toujours vers ce que nous sommes et nous n’y cherchons qu’à renforcer les fondamentaux qui nous ont construits. Telles sont la vie et l’œuvre, indissociables, d’Isiah Shaka, artiste reggae Montpelliérain talentueux et profond tant il fait corps et se construit avec ce qu’il crée.

 

Comme toute une génération d’artistes francophones métissés avant la globalisation, Shaka a eu la chance d’être en avance d’une génération sur le monde. Ses parents sont fascinés par les chanteurs noirs engagés qui portent l’identité afro-américaine et symbolisent ses luttes. Shaka va grandir bercé d’une soul américaine dont les valeurs et l’intention musicale l’accompagnent aujourd’hui encore. En suivant son père agronome, il se retrouve au Burkina Faso puis au Niger où il a passé ses plus belles années entre la douceur de l’enfance et l’excitation des expériences d’ado. C’est là qu’il va découvrir que sa vie prend du sens quand il s’exprime artistiquement. D’abord attiré par l’écriture et la poésie, il découvre le reggae comme fond musical puis nourriture spirituelle des discussions qu’il partage au Niger avec ses ainés, immergé dans la diversité des idées, des cultures et des religions. Il se trouve naturellement porté sur les questionnements qui font la culture reggae et qui prennent aujourd’hui tout leur sens dans un monde globalisé ou l’harmonie entre identité individuelle et unité du collectif se perdent dans une foisonnante diversité humaine qui perturbe nos repères.

Plus tard, c’est le déchirement et la séparation avec l’Afrique. Il débarque à Montpellier pour passer son Bac et va passer de la danse hip hop aux premiers toasts avec son groupe rap-ragga : Secte 21. Plus tard, c’est le gospel qui va canaliser sa bouillante personnalité et le détourner d’un devenir de délinquant, d’abord avec la Kumbaya Mas Choir, puis il va enchainer les concerts avec Gospelize It. Il débute le Sound System avec Wassmuffin Soldier, Monkey Family, High Grade puis bien plus tard avec le collectif montpelliérain Digital.

Au delà de sa notoriété, la qualité d’un artiste se juge à sa capacité à attirer des talents complémentaires et ces années sont aussi celles de la rencontre avec ceux qui lui accordent leur confiance et lui permettent d’exister. Son frère de création Orphée, multi-intrumentiste et ingé son d’Alpha Blondy, Mikki San, son DJ au sein du Sound System Ruff & Kultcha, Guillaume Saix, son infographiste qui signe une identité visuelle également très travaillée. Shaka, c’est aussi le collectif Soul Fire qui a organisé en 10 ans de nombreux concerts et fait vivre la culture reggae à Montpellier. L’album “Jahspora” qu’il a bouclé en 2012 démontre bien cette capacité à s’entourer. L’icone reggae Mickael Rose, Charles Laubes, batteur d’alpha Blondy, Ilon Ba, guitariste sénégalais de Baba Mal et le franco-Malien Manjul ont tous participé à cet album conçu avec Orphée.

Les racines africaines sont toujours vivaces pour Shaka et fin 2012, il part, son album sous le bras à Niamey, capitale du Niger, sur les traces de son passé. Là-bas l’accueil a été au delà des ses espérances et il enchaine interviews TV, tournée en live accompagné de musiciens Nigériens et s’est même vu confier l’hymne officiel de l’équipe nationale de foot pour la coupe d’Afrique des nations !

Aujourd’hui Isiah Shaka représente tout ce que l’on peut attendre du reggae francophone, un engagement auprès des plus faibles et une œuvre authentique et profonde qui tire partie de la finesse de la langue française mais aussi d’une réelle identité musicale. Shaka va chercher en Afrique, aux USA et aux Caraïbes ce que world music, hip hop et reggae nu-roots peuvent apporter au fond du message. Après avoir co-réalisé de très beaux clips qui illustrent son album “Jahspora” (à voir sur Youtube), c’est sur scène, accompagné par Artikal Crew que Shaka doit aujourd’hui se concentrer et faire rayonner son talent.

Emmanuel Truchet

www.myspace.com/isiahshaka

 

Laisser un commentaire