Nouvelle Vague

GRAND CORPS MALADE, le 20/02/2014 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06).

DSC_5425-mini

Un théâtre bondé, un public enthousiaste, une première partie excellente (Charles Pasi), tous les ingrédients étaient réunis pour un très grand moment de musique.

Le résultat fut au-delà des espérances de chacun. Deux parties, la première joyeuse et poétique, la seconde plus romantique et réfléchie avec deux temps forts : le retour de Charles Pasi sur scène pour un somptueux solo d’harmonica et la voix chaude de Richard Bohringer pour « Course contre la montre ».

Impossible de ne pas succomber à la poésie du slameur, ne pas se laisser porter par ses textes légers ou profonds, où la beauté des mots jonglent avec la dureté de la vie et l’amour de l’existence.

Après 1h30 de concert, le public, debout pour le rappel, accompagne Grand Corps Malade dans un « Inch Allah » d’anthologie. Les gens se souviendront longtemps de ce magnifique concert et pour preuve, personne n’était pressé de se quitter.

Jean-Luc Thibault

Laisser un commentaire