Nouvelle Vague
ZOOM-GMEM

Fondé en 1972, le GMEM ou Groupe de Musique Expérimentale de Marseille est classé parmi les 6 centres nationaux de création musicale reconnus par l’Etat. Avec pour idée principale le développement et la diffusion de musiques dites de création, c’est depuis maintenant plus de quarante ans que ce groupe et ses acteurs, tous passionnés de musique, travaillent pour faire découvrir d’autres formes musicales au public et ouvrir d’autres horizons à ces dernières.

 

Historique du GMEM

Le groupe est fondé en 1969, mais ne sera appelé GMEM qu’à partir de 1972. Les quatre membres fondateurs sont Georges Bœuf, actuellement président du centre, Michel Redolfi, Lucien Bertolina et Marcel Fremiot, tous anciens ou actuellement compositeurs et donc passionnés par la musique et sa création. L’histoire du GMEM pourrait être différenciée en trois périodes bien distinctes. Tout d’abord la période dite de création du groupe ainsi que ses débuts (75-85). Ensuite la période dite de consolidation entre 85 et 97, période où la labellisation du groupe en tant que centre national de création fut la consécration de toutes ces années de labeur. Depuis cette époque, un autre renforcement de la structure, au travers des différents festivals que le GMEM organise cette fois-ci, permet à la musique, mais aussi au groupe, de perdurer.

 

Les missions

La principale mission du centre est la création et le soutient musical. Beaucoup d’autres disciplines artistiques sont d’ailleurs misent à l’honneur au travers du groupe, comme le théâtre ou la vidéo par exemple. En effet la musique accompagne le plus souvent ces autres formats et la création musicale dans ces domaines est donc aussi une part importante du travail effectué. La diffusion de ces musiques ainsi que l’explication de cette dernière au public est aussi l’une des principales missions du groupe. Un véritable travail de pédagogie et d’enseignement est offert et permet une réelle compréhension des travaux qui sont présentés et donc une curiosité et un intérêt fondé pour ces œuvres. La médiation culturelle est donc un point essentiel du GMEM.

 

Les actions

Les actions du groupe sont nombreuses. Celui-ci participe à de nombreux événements musicaux et en produit aussi un certain nombre. Deux festivals sont d’ailleurs organisés par ce dernier dans la ville de Marseille. Le festival Reevox est très orienté électro et expérimentations musicales. L’interactivité entre musique, arts plastiques, danse et arts numériques que l’on y trouve permet des croisements d’idées et de genres introuvables ailleurs. Et le Festival des musiques, qui lui est plus orienté sur la musique instrumentale, plus traditionnel au niveau des outils utilisés. La création étant l’action principale du groupe, celui-ci possède un lien privilégié aussi bien avec les nouvelles technologies qu’avec les instruments plus classiques.

 

Evénements marquants

La Nuit Pastré, qui fut organisée cet été à l’occasion du choix de Marseille comme capitale européenne de la culture. Cet événement consistait en une déambulation poétique, musicale et chorégraphique dans le parc de la Campagne Pastré .Plus de 5000 visiteurs répondirent présent à ce rendez-vous et ce fut donc un franc succès. Mais aussi la prestation d’Arnaud Rebotini, musicien électronique jouant à partir de vieux synthétiseurs et de Christian Zanesi, musicien électroacoustique, pour le festival Reevox. Ce duo avait permis une véritable rencontre entre musiques actuelles et contemporaines. Un grand moment de plaisir.

 

Projets à venir

Beaucoup de projets sont attendus pour l’avenir. Par exemple la finalisation d’une collaboration avec Fréderic Pattar intitulé « L’homme qui faisait fleurir les arbres ». Le GMEM est coproducteur de ce spectacle qui mêle à la fois théâtre, opéra et musique théâtralisée. L’idée est de « mixer » tout le travail qui se trouve sur Marseille avec cette envie de faire venir des projets nationaux et même internationaux. C’est un savant mélange entre la région et l’extérieur, un véritable travail de translation entre le local et l’international.

 

Simon Vannereau

www.gmem.org

Laisser un commentaire