Nouvelle Vague

FILAGO

Filago

#NvmagZoom

Que sait-on du groupe Filago ? Très peu de chose, mais une essentielle : « Dance Ordinaire », leur nouvel opus auto produit, de dix titres, redonne au style punk, une place de premier choix parmi les groupes pop/rock du paysage français. Les adeptes de la première heure, reconnaîtront les influences punk comme Joy Division ou rock comme The Smiths, des références des années 70/80, qui en font un album, si peu ordinaire au final. Filago c’est trois personnes : Jim au chant et à la guitare, Marc-Antoine à la guitare et Nico à la batterie, basés à Paris. « Archipelago », premier titre de l’album pose un ambiance spectrale, son de basse bien rond, et la voix de Jim, à la Ian Curtis, nous plonge directement, tête la première, dans les années 70. Filago, est tout aussi étonnant que détonnant, mais surtout, connaissent bien leur sujet ! Place donc à une interview avec Jim pour en apprendre un peu plus sur le groupe.

Pouvez-vous nous parler de la création du groupe « Filago » ?

Le groupe est né en 2014 sous mon impulsion. L’idée m’est venue car j’avais envie de sortir de ma zone de confort musical et d’expérimenter plus largement et plus librement en termes de matière musicale mais aussi en termes de méthodologie de travail. Nous nous sommes réunis à trois pour enregistrer un premier EP à l’hiver 2013/2014. Aujourd’hui nous sommes sur le point de sortir notre premier album et on est très impatient que le LP sorte.

 

En quoi le style de « Filago » se distingue t-il de votre autre groupe « Erevan Tusk » ?

J’aime pas trop comparer les groupes entre eux ou lister les différences entre tel ou tel projet, je dirais simplement que dans les grosses lignes, Filago est moins « pop » et a un côté plus expérimental qu’Erevan Tusk. Une distinction caractéristique réside aussi dans le fait qu’Erevan Tusk est composé de deux chanteurs lead, dans Filago, il n’y a que moi qui chante.

 

Pourquoi avoir pris le parti de chanter en anglais ?

L’anglais me vient naturellement et se prête très bien à la musique pop/rock. C’est une langue que j’aime parler, lire et surtout que j’aime écrire. D’ailleurs c’est une langue que j’ai étudiée à la fac. Je suis également bilingue Français Suédois de naissance et je trouve qu’il y a beaucoup de similitudes entre le Suédois et l’Anglais dans la manière de construire la langue, dans les sonorités, dans le côté très « dessiné et architectural » des intonations.

Sur votre EP « The Blue Part In The Flame », les arrangements sont minimalistes est-ce une volonté de votre part et pourquoi ?

Oui c’était un réel désir. On s’est enfermé une semaine dans un manoir abandonné au fin fond de la Belgique avec peu d’instruments, le strict nécessaire. On voulait quelque chose de brut, d’organique et le résultat est là.

 

Quelle ont été vos inspirations pour réaliser votre album « Dance Ordinaire » ?

Les textes de Filago sont construits autour de personnages ordinaires mais expressionnistes qui font eux mêmes écho à des personnages de films ou de romans empreints de solitude, de folie, d’ennui, d’excès, de désœuvrement… Je cherche à mettre de l’aspérité et du relief sur des situations et des personnages qui peuvent paraître banals et quelconques mais qui en réalité ne le sont pas, et, ainsi mettre en valeur la profondeur et l’importance de l’ordinaire. D’un point de vue musical, cette incarnation pourrait s’apparenter aux personnages figurant dans les paroles de Nick Cave.

 

Quels sont vos artistes de références qui vous influencent au quotidien ?

En ce moment je dirais Nick Cave comme cité précédemment mais je rajouterais Mark Hollis (Talk Talk), Ariel Pink, Stars of the Lid, Erik Satie, Mark Z. Danielewski, Stig Dagerman…

 

Pourquoi avoir choisi de collaborer avec Carpenter Brut sur le titre « Anarchy Road » ?

J’ai eu la chance de rencontrer Frank (Carpenter Brut) via un ami en commun il y a quelques années. J’étais à la base très fan de ce qu’il faisait. Il cherchait quelqu’un pour un featuring sur un de ses titres… Il m’a gentiment proposé de poser ma voix sur son morceau Anarchy Road.

 

Kristina Krasniqi

www.filagomusic.com

Laisser un commentaire