Nouvelle Vague

FESTIVAL DE GUITARE, le 22/10 à Espace Magnan – Nice (06)

507_7402 nv

Quelle première soirée pour cette 16ième édition avec ce retour aux sources et un fabuleux concert de guitare classique. Une ouverture en trois temps : acte 1, Dominique Barzyk avec Astor Piazzola et un tango. Acte 2, Laurent Blanquart avec Joaquin Turina, « Les Feuilles Mortes » et Bach (« Gavotte en Rondeau »). Acte 3, Dominique Barzyk et Laurent Blanquart en duo pour de la très belle musique classique.

Place à Roland Dyens. Je connaissais sa musique mais sans connaître l’Homme. En le voyant, on comprend mieux le souffle qui le porte. Pour l’anecdote, Roland Dyens, lors des balances, a avancé sa chaise afin qu’elle soit la plus proche possible du public et a demandé à voir le public, « Si je suis face à un rideau noir, je ne comprends pas ce que je fais ici ». Vrai retour aux sources du concert classique avec un prélude (improvisation pour préparer le concert) et le voyage commence. Roland Dyens, avec beauté, définit un concert comme un avion avec pour pilote le musicien. Nous avons eu la chance d’entendre (et de voir aussi) des chefs d’œuvre mais aussi de bénéficier d’un guide extraordinaire, qui avec quelques mots, nous a donné la clé pour comprendre et pour apprécier pleinement les trésors offerts. 30 ans que monsieur Dyens n’était venu jouer dans cette salle et que son émotion fut belle à voir ! A travers les pièces jouées, il a su séduire et enchanter l’Espace Magnan (complet), qui buvait chaque note. Des compositions personnelles, des réarrangements, le guide nous amena très loin : Django Rheinhardt (« Nuages »), Chopin, Baden Powell (« Berimbau »), Pixinghina, Piazzola (« Libertango » et « Oblivion »), « Wyse » et « La Valse des Anges « , une habanera « Alba Nera », « Stormy Weather »…

Ou le récital de la guitare enchantée.

Bravo aux trois musiciens. Il y a des soirées qui marquent et celle-ci est inscrite en bleu azur dans ma mémoire.

Le festival n’est qu’à son premier jour alors courrez vite car ce soir, ce sera extraordinaire avec Romane et ses deux fils, Richard et Pierre (jazz manouche) et samedi, soirée folk avec Pearson et Sttotzem. Personnellement, je sais où je serai.

 

Jean-Luc Thibault

Laisser un commentaire