Nouvelle Vague

FAITH NO MORE

Faith no more 1

Après dix-huit ans d’absence, le groupe américain Faith No More publie (enfin) un nouvel album ! Voici avec ce groupe l’histoire d’un groupe atypique, oscillant entre complicité musicale et conflits personnels. Malgré tout, les membres du groupe promettent une année 2015 chargée en actualités et en concerts pour les fans. Metal alternatif, réjouis-toi : l’un de tes maîtres est de retour !

 

C’est la rencontre entre Billy Gould, Mike Bordin et Roddy Bottum qui donna lieu à la création du groupe. Jim Martin rejoint l’effectif par la suite, recommandé par le bassiste virtuose de Metallica à l’époque Cliff Burton. Il faut attendre 1982 pour que le chanteur Chuck Mosley complète l’ensemble, le temps de deux albums : « We Care A Lot » en 1985 et « Introduce Yourself » deux ans plus tard. Durant cette période, le groupe se moque des réunions d’artistes pour des fins humanitaires dans « We Care A Lot », Faith No More fait la satire des rassemblements à l’instar du Live Aid ou de « We Are the World ». Mais les rapports entre les musiciens semblent tendus et la presse répète dans ses articles la multiplication des conflits au sein du groupe. Cela amena le départ de Mosley en 1988.

 

C’est alors que Faith No More commence à prendre sa forme définitive et qui lui a valu son succès. Chuck Mosley est remplacé par Mike Patton, ancien chanteur de Mr Bungle. Le jeune musicien écrit alors très rapidement l’intégralité des paroles des chansons de l’un de leurs albums les plus populaires : « The Real Thing ». Cet album vaut à Faith No More une nomination aux Grammy Awards. La promotion autour de l’opus les emmène à se produire sur les plus grandes scènes et plateaux télé. Leurs morceaux sont utilisés à plusieurs reprises dans des séries télévisées ou encore des jeux vidéos.

 

Le groupe ne se repose toutefois pas sur ses lauriers et publie en 1992 un nouvel album beaucoup plus expérimental : « Angel Dust ». Considéré par de nombreux journalistes comme un modèle de complexité dans le genre, l’album semble aborder avec une simplicité déconcertante des registres musicaux opposés, faisant s’assembler une musique d’apparence classique à un heavy metal puissant. Une nouvelle fois l’album est un succès et les chansons présentes sont largement reprises dans le milieu du jeu vidéo, « Mildlife Crisis » apparaît par exemple dans Grand Theft Auto : San Andreas. Toutefois, de nouveaux conflits apparaissent au sein du groupe et Jim Martin est remercié, remplacé par Trey Pruance lors de l’enregistrement de « King For A Day… Fool For A Lifetime » puis par Dean Menta pour la tournée.

 

« King For A Day… Fool For A Lifetime » connait un succès beaucoup plus mitigé que les précédents opus, obligeant le groupe à supprimer des dates américaines sur leur tournée mondiale. C’est en Europe et en Australie que l’album fonctionne le mieux. L’album suivant « Album Of The Year » connait le même sort en 1997, le dernier single programmé pour la promotion de l’album est annulé. Faith No More atteint le point de rupture et se sépare en 1998, annulant au passage leur tournée avec le groupe Aerosmith. Le 7 avril, le groupe fait son dernier concert à Lisbonne. C’est le 19 avril que Bill Gould annonce par fax et mails une séparation attendue par les fans, évoquant la volonté que chacun puisse réaliser ses projets musicaux personnels sans dépendre de l’étiquette due membre du groupe. C’est ainsi que Patton continue le projet Mr Bungle tout en collaborant avec nombre d’artistes. Martin joue avec Jason Newsted (ancien bassiste de Metallica) dans l’album d’Echobrain. Bordin quant à lui se produit tantôt avec Ozzy Osbourne tantôt avec l’intégralité du groupe Black Sabbath.

 

Il aura donc fallu attendre plus d’une dizaine d’années (2009) avant que le groupe ne prépare son grand retour devant les projecteurs. Billy Gould, décidément communicateur pour le groupe, annonce une série de concerts en Europe sous le line-up de l’album « Album Of The Year ». Les musiciens enchaînent les festivals que ce soit le Rock en Seine à Paris, le Download Festival à Donington Park ou le Roskilde Festival au Danemark. A partir de cette date, le groupe continue de se produire de façon ponctuelle, programmant de petites tournées. Cela suscite des questions sur un véritable retour de Faith No More. Leur absence des scènes pendant deux ans laissait présager une reformation ponctuelle. Mais cela était avant le Hyde Park le 4 juillet 2014 où les musiciens se retrouvent et jouent avec Black Sabbath. Ils ajoutent dans leur set deux nouveaux morceaux. Des reprises, comme celle de « Switch » de Siouxsie and The Banshees, figurent également dans la setlist. Finalement, le groupe annonce en août l’enregistrement d’un nouvel album qui doit sortir en mai 2015 : Faith No More montre officiellement qu’il n’est pas mort.

 

La formation actuelle regroupe donc Mike Bordin à la batterie, Billy Gould à la basse, Roddy Bottum aux claviers, Jon Hudson à la guitare et Mike Patton au chant. Depuis 1982, Faith No More n’a finalement produit « que » sept albums, mais le succès de ces derniers et des singles en assurant la promotion ont fait du groupe l’un des plus importants dans le domaine du metal alternatif et du rock expérimental. « Sol Invictus », nom tirant son origine d’une divinité orientalisante de la mythologie romaine est un opus très attendu. Deux extraits ont déjà été diffusés par le groupe. Le premier, « Motherfucker », est paru en vinyle le 27 novembre avant d’apparaitre sur les plateformes de téléchargement le 5 décembre. Le second, « Superhero », est sorti le 23 mars. Les spectateurs des différents festivals auxquels ont participé Faith No More sauront également reconnaître « Matador », morceau composé par le groupe en 2012. De cet album, Billy Gould dit dans Rolling Stone : « hypnotiques et gothiques, nous revenons à ce que nous étions dans notre premier album ». Un retour en arrière qui devrait ravir les fans !

 

L’absence prolongée du groupe de la vie musicale pour se consacrer à des projets individuels se ressent dans chacun des deux extraits proposés par le groupe. En effet, tout en restant dans le son reconnaissable qui a fait son succès, Faith No More se permet de nouvelles expériences trouvant leurs origines de la carrière personnelle de chacun. La voix de Mike Patton dans l’effectif entre metal alternatif et mélodique manquait vraiment et apporte une virulence et un charisme qui se ressent à la simple écoute. Les deux singles annoncent enfin une tournée à venir qui saura mettre l’ambiance chez nos amis métalleux. L’album sortira sous le label Reclamation Recordings, label du groupe, et la production de l’album a été supervisée par Billy Gould. Plus encore que sur ses précédents opus, Faith No More s’est totalement investi dans la conception de cet album aux influences éclectiques et qui oscille entre force et modération mélodique. Mais pour les fans du groupe qui ont patienté pendant 18 ans, ce sera sans modération que cet album sera diffusé !

Marie Berginiat
Sortie le 19 mai 2015

Laisser un commentaire