Nouvelle Vague
ZOOM-Divine-K

Pour les 20 ans du magazine, nous avons organisé un grand concours ouvert à tous les musiciens du sud-est. Après avoir procédé à l’écoute d’une cinquantaine de candidatures, notre jury a sélectionné Divine K, dont les morceaux sont un mélange pop/soul/électro avec une dominance d’instruments classiques. Découvrez notre coup de cœur à travers cet entretien réalisé avec Laurie Mottet (voix), Sonia Duval (violoncelle) et Emmanuel Lefebvre (piano et programmations).

 

Votre groupe s’est formé récemment (février 2014) et vous êtes tous les trois d’univers bien différents… Quel était votre parcours musical antérieur ?

Laurie : Je chante depuis mon enfance et depuis plusieurs années avec différentes formations dans un registre soul, rnb, jazz entre autres.
Sonia : Pendant 16 ans, j’ai suivi un cursus de formation de musique classique aux conservatoires de Toulon et Nice. En parallèle, je me suis produite avec des formations diverses allant du classique à la variété en passant par le rock et le métal. J’ai aussi monté deux spectacles mettant le violoncelle à l’honneur « Mon violoncelle Piaf » et « De Bach à Metallica ».
Emmanuel : Une première expérience au piano de 6 à 12 ans au conservatoire de Rouen, puis de multiples concerts depuis 20 ans avec des concerts rock à l’Elysée Montmartre et New Morning notamment, des premières parties pour Popa Chubby, les tambours du Bronx également. Des remix électro pour End Of Orgy et Alcôve.

 

Comment est né Divine K ? Pourquoi ce nom ?

La lettre K nous a évoqué le trio avec ses 3 branches se rejoignant sur un point commun. Notre rencontre a été particulière. Tout s’est fait rapidement et facilement, comme si tout avait été écrit auparavant. Le côté divin de la chose s’est alors retrouvé dans le nom de notre groupe et Divine K est né.

 

Votre musique est particulière, tintée à la fois de jazz classique et d’électronique… D’où vient votre inspiration, quelles sont vos influences musicales ?

Laurie : Depuis de nombreuses années, j’écoute beaucoup de soul, de r’n’b; de la motown à Alicia Keys, en passant par Jill Scott et Aretha Franklin. Cette musique rythme ma vie depuis toujours. A cela s’est rajoutée la touche jazzy des grands classiques de jazz que j’ai chanté les années précédentes. J’ai toujours été assez éclectique et je retrouve dans ma façon de créer de nombreuses influences comme Evanescence ou Massive Attack.
Sonia : Malgré ma formation classique, j’écoute essentiellement du rock, de la pop en passant par la country et beaucoup de musiques de films. Les groupes et artistes qui m’influencent sont divers. De Chuck Berry aux Beatles comme Jean-Jacques Goldman à Skillet.
Emmanuel : Je suis un passionné de son global, dès que c’est sincère, j’adore ! Pour Divine K, mes influences seraient Tricky, Morcheeba, End of Orgy, Shazz et Dead Can Dance.

 

« Okiddy Love » (titre coup de cœur de la rédaction) fait référence au cycle de la vie. Quelle est son histoire ?

Laurie : Emmanuel m’a envoyé sa partie piano et à son écoute, le côté cyclique était une évidence. Même après l’avoir beaucoup réécoutée, cette même idée est restée. Tout était très visuel dans ma tête, je voyais ma fille, ma mère, ma grand-mère. Le cycle de la vie. L’écriture du texte a été très rapide du coup, quasiment en un seul jet.

 

Vous avez récemment sorti l’EP « O ». Comment travaillez-vous pour la composition et la production de vos morceaux ?

Emmanuel : Je suis une personne qui m’isole souvent et la musique est mon évasion. Pour ce premier EP, je me suis laissé guider par mes émotions à travers mes lignes de piano. Je les pose avec des programmations sur informatique permettant ainsi différentes atmosphères pop, électro, drum and bass, minimal, dub step, etc. J’envoie le tout à Laurie qui crée la ligne vocale et les paroles. On rassemble le tout et on transmet à Sonia qui crée sa ligne de violoncelle permettant la fusion globale.
Nous étions obligés de procéder ainsi pour ce premier EP pour des raisons d’organisation de temps. Pour la suite, ayant davantage de moments pour se retrouver, nous composons ensemble. En ce qui concerne « O », nous avons fait appel à Jean Pierre Chardiet au sein de son studio (Marylin) à Cagnes-sur-Mer pour l’enregistrement et le mixage.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur la réalisation de votre nouveau clip et plus largement sur vos projets à venir ?

Notre prochain clip « Orient Al » vient d’être tourné et sera diffusé sur Youtube début novembre. Nous avons travaillé à nouveau avec le réalisateur d’ »Okiddy Love », Christophe Méchineau et avons pu rassembler autour de nous photographes et danseuses qui ont rendu ce tournage exceptionnel.
Pour nos projets, nous sommes en train de composer une dizaine de nouveaux morceaux en vue de l’enregistrement d’un album avant tout guidé par nos émotions. Nous sommes également en train de mettre sur pied un spectacle regroupant nos compositions ainsi que quelques « covers » que nous affectionnons, adaptés à la sauce Divine K. Spectacle que nous souhaiterions aussi visuel qu’auditif.

 

Avez-vous un souvenir marquant, une anecdote à nous raconter ?

Malgré la « jeunesse » de Divine K, nous avons énormément de souvenirs, tous bons pour le moment. Chaque concert ou chaque répétition est le lieu de grands fous rires. Nous sommes connectés par la musique mais l’humour est également un de nos grands points communs. Pour les anecdotes, il y en a oui, plein. Lors de concerts, lors de tournages. Des maquillages sans fin. Des portes qui manquent de se dégonder sous la force titanesque de Sonia. Des rafales de vents qui nous font jouer ou tourner dans des conditions extrêmes. Pour le reste, c’est interdit aux moins de 18 ans !

 

Qu’avez-vous à dire à nos lecteurs ? Où peuvent-ils vous retrouver ?

Continuez de nous suivre, le meilleur est à venir ! Nous jouons assez régulièrement dans le golfe de Saint Tropez et bientôt aussi dans les Alpes-Maritimes. Vous pouvez retrouver nos dates sur notre site web.

 

Margaux Maurisset

Le 23/01 au Carré Léon Gaumont – Sainte-Maxime (83)

www.divinek.fr

Laisser un commentaire