Nouvelle Vague

DAVID LAFORE

David Lafore-WEB

#NVmagZoom

Entre humour et sensibilité, David Lafore, ne se refuse aucune extravagance. L’artiste décalé, à l’univers unique sort un nouvel album nommé « Incompréhensible ». David Lafore a ce don de faire passer des messages sans donner de leçon de morale. Ces quatorze titres, jouent avec l’élégance de l’homme et amènent une poésie particulière. Bien accompagné par Christophe Van Huffel, l’album est un mélange mi- zouk, mi- électronique, tout cet ensemble est parfaitement maîtrisé.

 

Comment vous êtes-vous lancé dans la musique ?

J’ai commencé adolescent, en écoutant un peu de rock, un peu de reggae. Au début j’ai écrit des chansons et des textes.

 

Dans la presse, on vous compare souvent à Boris Vian, Jacques Dutronc ou Gainsbourg ? Qu’en pensez-vous ?

C’est un compliment, j’aime bien, et je les aime, ils sont beaux. Ce sont de chics personnes.

 

Vous pouvez nous parler de votre nouvel album « Incompréhensible » ?

Cet album, est une collaboration avec Christophe Van Huffel que l’on réalise ensemble. Nous avons commencé par un EP, sorti en mai dernier avec cinq titres. Comme nous nous entendions très bien, j’avais envie de continuer. J’ai fixé une date de sortie, avant même que les chansons soient écrites et puis après il a fallu « y aller ». Il y a eu cette chanson « Incompréhensible » qui sonnait bien comme titre d’album et ça s’est fait ainsi.

 

Vous l’avez coréalisé avec Christophe Van Huffel, que représente-t-il pour vous ?

Il devenu un ami maintenant et nous coréalisons ensemble cet album. J’arrive avec des arrangements, et lui me conseille. Nous trions et il participe aux arrangements. Cela lui arrive de m’aider pour des textes ou de la musique également. Nous travaillons vraiment ensemble, c’est super je suis vraiment content que nous nous soyons rencontré. Si nous avons une idée d’arrangement, par exemple, nous y travaillons jusqu’au bout, ce qui fait que, même quand cela ne marche pas, nous avons tout du moins essayé. Donc il n’y a pas de regret, mais cela prend du temps. Nous avons énormément travaillé, durant des heures, de longues journées, soirées et nuits. Cela nous a pris beaucoup de temps, mais au final c’est agréable.

 

Vous jouez beaucoup sur ce côté décalé, avoir beaucoup d’humour surtout sur scène, c’est comme cela que vous prenez le sens de la vie ?

Oui, mais pas toujours ! Sur scène c’est un moment particulier avec les gens qui sont présents, cela m’excite. J’ai envie que ce soit drôle, même s’il y a des chansons qui ne le sont pas des fois, je veux que ce soit complet. Nous pouvons passer d’une franche rigolade, à du « n’importe quoi », à des cris et après rentrer dans une chanson douce et sensible, j’aime bien cela. Ce sont des humeurs différentes qui se côtoient très rapidement.

 

Qu’est-ce que vous diriez à un jeune qui voudrait être chanteur ?

Faire tout simplement. Écrire. Essayer de ne pas se censurer et de fabriquer des chansons puis de les enregistrer. Même s’il y a des phrases ou des chansons qui peuvent faire peur, c’est à ce moment-là qu’il faut y aller. Je découvre encore moi-même aujourd’hui comment il faut faire. Pendant longtemps j’ai écrit assez peu et je vois que là, ça commence à changer. Si j’ai une idée qui m’a semblé bonne je fais confiance à ce moment où je l’ai trouvé bien et je vais au bout sans tout remettre en question.

 

Est-ce que vous avez des projets, une tournée prévue, un nouvel album ?

Je tourne tout le temps, c’est la troisième année ou je joue énormément que ce soit dans des cafés associatifs, des concerts en appartements, des salles de théâtre ou encore des festivals. L’année dernière j’ai fait cent vingt concerts, l’année d’avant cent cinquante et cette année cela devrait tourner autour de cent vingt, je suis complètement drogué de concert. Le projet est de continuer à jouer partout et tout le temps. Je dois avouer que je fantasme de faire un nouvel album en 2020. Nous verrons si cela vient.

Olivia Maldonado

www.davidlafore.fr

Laisser un commentaire