Nouvelle Vague

DAVID ENHCO 4et @JAZZ A DOMERGUE

bugle ne

#NVMagLiveReport

Le 03/08/18 à la Villa Domergue – Cannes (06)

L’atmosphère est encore chaude dans les jardins de la villa Domergue, l’orage a fuit, quand le quartet de David Enhco prend place sur la scène, non loin de la fontaine qui gargouille tranquillement. Roberto Negro est au piano, Florent Nisse à la contrebasse et Gautier Garrigue à la batterie. Le groupe prend le temps d’installer une atmosphère avec deux ou trois thèmes assez lents où piano et trompette se répondent soutenu par la frappe puissante mais raffinée du batteur. Puis vient le moment où le leader nous présente le prochain morceau issu de l’imagination fertile et débridée de Roberto Negro. Le public est quelque peu surpris par les premières mesures avant d’entrer complètement dans le jeu du pianiste. Le concert bascule, les spectateurs semblent plus à l’écoute, presque à l’affût, des nouvelles notes du groupe. Les thèmes s’enchaînent avec une certaine grâce même après l’entracte/buvette. David Enhco dédie l’une de ses premières compositions, simplement intitulé ballade à la mémoire de son beau-père, le regretté Didier Lockwood. Emotion, vite estompée par le retour dans l’univers baroque du pianiste, L’inconnu et le couple d’amoureux, inspiré d’un tableau de Joan Miró et d’un poème d’André Breton. Mais les belles choses ont aussi une fin, vient le moment du rappel, un thème de Florent Nisse, L’éclat Disparu où le calme et la sérénité l’emporte.
Comme la veille, nous avons l’impression d’avoir partagé un beau moment (musical) avec un groupe d’amis.

Jacques Lerognon

david

negro
gauthier

florent

Laisser un commentaire