Nouvelle Vague

CHRISTOPHE

#NVmagZoom


Christophe, célèbre artiste français, ne cesse de nous séduire par son style plutôt décalé. En effet, le chanteur s’inspire de plusieurs genres musicaux pour produire de belles mélodies tout en y ajoutant sa touche personnelle. Son dernier album « Les vestiges du chaos » sorti en 2016 pour lequel il a fait une tournée dans toute la France est à écouter absolument. Cette année sera sans doute pleine de surprises avec de nombreuses collaborations en vue.


Pourquoi avoir choisi Christophe comme nom d’artiste ?
J’ai choisi le nom Christophe quand j’avais 15 ans. En effet, je n’aimais pas le prénom Daniel et j’avais autour de mon cou un Saint Christophe. Alors que je conduisais la moto, un jour, je me suis pris la médaille en plein visage. Je me suis également dit que c’est un prénom qui est très peu répandu. J’aimais également la résonnance du prénom.

 

Quels sont les thèmes de prédilection que vous abordez dans vos chansons ?
Mes paroles tournent beaucoup autour du romantisme, de la sensualité. Mes mots sont plutôt dans la matière sonore, dans l’équilibre que je crée avec ce qui me passionne dans la vie, c’est à dire créer du son. J’ai été ingénieur du son, j’ai travaillé sur ma voix et techniquement. Les thèmes de prédilections sont des choses qui viennent comme ça au jour le jour. Mes thèmes ne tournent pas autour de la politique car, ce n’est pas quelque chose que j’aime. Je dirais que ça tourne autour de l’inconnu, de la rencontre du moment, d’une idée qui me traverse l’esprit dans la nuit ou au réveil. Si vous sentez que vous avez quelque chose d’original vous allez vous lever et le dire au micro. A l’époque J’avais un cahier et un crayon. Je me levais pour écrire mais maintenant avec les téléphones ‘’souvent défaillants’’ c’est un peu compliqué. Cependant, ils servent à beaucoup de choses et sont plus pratiques que les cahiers de notes.

 

Vous avez réalisé seulement 13 albums en un peu plus de 50 ans de carrière comment expliquez-vous cela ?
Je ne peux pas expliquer cela, parce que je vis à l’ombre du showbizness. Je ne suis pas du tout dans le même format que les autres, je vis d’abord une vie différente. Au bout de 4 ou 6 ans il y a quelque chose qui se décide et je prends contact avec une maison de disques. Cela me permet également, de me balader à travers la France, j’adore ça. Selon moi ce n’est pas le nombre d’albums qui fait la qualité mais plutôt le vécu. C’est la résonnance sonore ou visuelle de ma route.

 

Pouvez-vous nous expliquer le titre de votre dernier album « Les vestiges du chaos » ?
‘’Les vestiges du chaos’’, c’est juste que comme suis collectionneur, je fais des trouvailles, des vieilles bandes qui datent des années soixante-dix. Et ce qui n’a pas été jeté est quelque chose qui a compté pour moi et qui servira dans l’avenir. Des choses que je peux créer et qui vont être gravés dans ma tête. « Les vestiges du chaos » c’est ce qui m’aide.

 

Quel est l’évènement qui vous a plus marqué durant votre carrière ?
J’ai une passion pour la course automobile alors, le plus beau moment sur ma route c’est lorsque j’ai gagné le critérium « Jean Behra » sur le circuit de Magny-Cours en 1968. Je savais que j’avais un « don » de pilote, la participation à ce concours a confirmé ma valeur.

 

Quelle est votre actualité ?
Je termine un album de duo qui est un vrai travail. Je ne pensais pas le faire mais, la maison de disques m’a convaincu et je me suis dit pourquoi pas ? Alors c’est « en duo » que Je vais travailler avec des gens que j’aime, l’album sortira fin mars début avril. A côté de cela je suis dans la création d’un programme qui améliore la sculpture du son un avantage avec les nouvelles technologies.

Des projets personnels qui n’ont rien à voir avec la musique ?
Je ne suis pas une personne qui fait des projets. J’ai toujours vécu l’instant qui vient. Ce qui m’intéresse le plus c’est le présent. Le futur est encore derrière par rapport au présent.


Que pensez-vous de la scène musicale d’aujourd’hui, particulièrement en France ?
Je vais voir que ce qui me plait. Par exemple quand je vois la chanteuse Camille ou quelques groupes français que j’aime, je prends beaucoup de plaisir à les voir. Mais, je suis très attiré par tout ce qui est anglo-saxon, je regarde souvent sur YouTube. Je vais rarement aux concerts puisque les heures ne me conviennent pas, il faut y être à 20h, je suis noctambule.


Vous faites des collaborations avec des artistes plus jeunes ou juste avec des artistes de votre époque ?
Pour l’album qui va sortir je vais travailler avec Laetitia Casta, Julien Doré, Laurent Garnier, Sébastien Tellier et Marc Lavoine. A la base je fais les choses instantanées. Je ne prévois rien. Je me sens bien dans ma chambre sonore, mon studio de création et le digital qui occupe toute ma vie. Déjà je n’ai pas assez d’heures pour travailler, ce que j’adore c’est partir de Paris, pour me promener dans toute la France.


Jessica Bohouo


www.christophe-lesite.com

En concert le 13/04/18 à la Salle de l’Etoile – Chateaurenard (13), le 14/04/18 à l’Espace Culturel André Malraux – Six-Fours (83), le 15/06/18 à la Place du Cosmos – La Grande Motte (34).

Laisser un commentaire