Nouvelle Vague

CHARLES MINGUS : Moins qu’un chien

(Parenthèses)

★★★★☆

#NVmagLivre

Les édition Parenthèses, sises à Marseille, ont eut l’excellente idée de rééditer cette autobiographie de Charlie Mingus, à un tarif contenu. Paru en 1971 aux Etats-Unis, traduit dès 1982 en France, déjà chez Parenthèses, ce livre devenait difficile à trouver, il acquiert donc ainsi une nouvelle vie. La narration prend trois voix, celle de Charlie, celle de Mingus et enfin celle de “mon copain” qui n’est autre qu’un avatar schizophrénique des deux autres. Une grande partie du récit est consacré à ses amours (nombreux) et à sa vie sexuelle (trépidante) qui sont intéressantes surtout par la forme, les trouvailles langagières et stylistiques. Ce qui domine par-dessus tout, c’est le racisme dont sont victimes les noirs américains dans ces années là (aujourd’hui encore probablement), jusqu’aux altercations entre noirs purs et noirs cafés au lait ! Les passages relatant ses discussions passionnantes avec Fats Navarro, ses rencontres hautes en couleur avec Parker, Miles à New York, nous replongent elles, dans le monde du jazz. Ce “Moins qu’un chien” est un cri de rage, dérangeant mais salutaire.

Jacques Lerognon

Laisser un commentaire