Nouvelle Vague

CADILLAC

#NVmagZoom

Membre fondateur du groupe Stupeflip, Cadillac a dévoilé récemment son premier album solo intitulé « Originul ». Issu d’un univers qui mélange de multiples styles musicaux tels que le hip-hop, le rock ou encore l’électronique, Stéphane Bellenger de son vrai nom, a réussi à se faire une place dans le paysage musical underground français. Cadillac nous parle de la confection de son album et de l’avenir du C.R.O.U.

Pourquoi cet album solo ? C’était une idée que vous aviez depuis longtemps de vous émanciper du groupe ?

Pas forcément, il n’y a pas d’émancipation c’est surtout que j’avais pas mal de trucs en stock, dans les tiroirs depuis un bon moment, donc c’était le moment de faire quelque chose surtout que j’étais dans une phase où soit je continuais dans tout ce qui est artistique sois je basculais sur une vie plus normal, c’était à la limite.

Et vous avez décidé de rester du côté artistique ?

Voilà pour l’instant, après il faut que ça fonctionne, il faut que ça prenne mais sinon je resterais un peu plus longtemps.

Vous avez réalisé l’album de A à Z, pourquoi ne pas faire appel à d’autres compositeurs ?

Globalement je l’ai réalisé tout seul après il y a les autres membres de Stupeflip qui interviennent sur deux ou trois chansons. Ensuite la réalisation à été faite à trois avec Jean-Philippe Benoit et Alexandre Zuliani, mais ça a vraiment été un travail très très solitaire jusqu’à la fin où on a mis les derniers coups de serrage avec ces deux autres réalisateurs.

Quelle sont vos influences musicales ?

Ça part dans tous les sens, tout ce qui me plait, ça peut être très large, ça peut être de la variété, de la musique classique, du jazz plus 50-60, tout ce qui est bon à mes oreilles en tout cas. De grosses influences, adolescent c’était un petit peu plus la new wave, mais plus tard ça seras le rap.

D’où vous est venue cette volonté de toucher à plusieurs styles musicaux ?

Ça vient surtout d’un très grande ouverture d’esprit, forcément ça vient de ce qu’on écoute, d’être un petit peu large. Plus jeune c’était new wave, new wave , new wave… En prenant de l’âge on ouvre plus large car il y a pleins de choses qu’on écoute partout.

Que pensez-vous de la scène rap actuelle ?

La scène rap actuelle je la connais moyennement. Je connais Vald, Orelsan, Romeo Elvis, tous ces trucs là… Stromae, j’aime bien également. Il y a des bons textes, après la musique pour moi ça pourrait être un petit plus sophistiqué mais il y a toujours des trucs qui sont intéressants, dès que ça mélange populaire et des choses un petit plus exigeantes je trouve ça très intéressant, c’est ce qui est le plus dur à faire en plus, quelque chose à la fois facile à entendre, écouter et un petit peu singulier, c’est un mélange qui n’est pas facile à réussir, et je trouve que Stromae, Orelsan, tous ces gens-là le font plutôt bien.

Comment s’est passé le début de la tournée ?

Impeccable, c’est tout le public de Stupeflip qui est vraiment conquis, donc ils sont bienveillants, même s’ils pourraient être un petit peu galvaudés, les gens sont partants. Il faut attendre que les gens aient le temps de connaître un peu les chansons.

Vous avez invité tous les membres du groupe sur votre album, peut-on espérer un retour de Stupeflip prochainement ?

On peut toujours espérer car l’espoir fait vivre. Il ne faut pas s’inquiéter, mais on a le droit d’espérer. Moi je ne serais pas plus clair, même si c’est déjà très clair ce que je dis mais voilà rien n’est terminé, et si King Ju et Mc Salò veulent venir sur scène avec moi il n’y a pas de problème

Alicia Aoun

Le 05/04/19 à l’Usine – Istres (13).

www.facebook.com/c4di114c

Laisser un commentaire