Nouvelle Vague

BURNING WAVE

#NVmagZoom

Burning Wave est un souffle chaud, dans le paysage rock Français. Fondé par deux frères Jordan et Mickaël, le groupe se veut loin des clichés et distille leurs sons à travers des riffs de guitares électriques endiablés. Fort de leurs expériences scéniques, le quartet termine en finale régionale du tremplin Emergenza et sort dans la foulée leur premier album « Shock Wave ». Rencontre en toute intimité avec Jordan, l’un des deux membres fondateurs ….

 

Comment s’est formé « Burning Wave » ?

La rencontre s’est faite de façon assez simple. Je composais déjà de mon côté et mon frère Mickaël, qui est bassiste, m’aidait également pour trouver les lignes de base ou faire des deuxièmes voix car il chante également. A la suite d’une proposition de date pour un festival, nous nous sommes mis en quête d’un batteur. Rémi est donc arrivé pour nous accompagner sur cette première date, nous nous sommes liés d’amitié. Plusieurs années après, nous avons rencontré le deuxième Rémi, le pianiste, pendant la phase d’arrangement de l’album. Il a intégré le groupe très rapidement et il en résulte une très bonne osmose entre nous !

 

Quelles sont les principales thématiques de votre EP « Shock wave » ?

Alors, je parle beaucoup de mon expérience personnelle et de ce que je ressens, de ce que je vis. Après je suis une personne très croyante, alors je parle aussi de ma foi à travers la musique. J’essaye de faire partager à ceux qui écoutent notre musique, les sentiments que j’ai pu avoir au moment où j’ai composé ces chansons, et découvrir ainsi l’univers de Burning Wave.

Où et comment s’est déroulé l’enregistrement de votre « EP » ?

Dans un premier temps, j’avais déjà composé de mon côté toutes les musiques, depuis un moment. Nous avons eu la possibilité de nous lier d’amitié et de travailler avec un arrangeur, que le batteur connaissait. Il a commencé à arranger les morceaux avec nous et nous a aidés à développer tout ça. Nous avons été assez exigeants sur la qualité sonore de l’EP. Le point fort du groupe, est de chercher toujours à développer et trouver de nouveaux sons. Nous sommes allés enregistrer dans deux studios différents. Le premier pour les voix et le deuxième pour les instruments, nous y avions d’ailleurs un très large choix d’amplis. Nous avons ensuite retravaillé les morceaux et ensuite le mix et le mastering, pour sortir cet EP. L’artwork a été fait par ma fiancée qui est graphiste et également notre community manager.

 

Dans votre biographie, vous parlez de religion et de la bible, comment cela influence votre musique ?

La religion a en effet une part importante dans notre musique, mais j’écris souvent des paroles en accord avec mes croyances et mes valeurs, des paroles positives, joyeuses et qui ont un message de paix.

 

Comment vous situez-vous dans le paysage musical régional ?

Nous sommes avant tout un groupe 100% compos, pop/rock. Il est vrai que dans la région, ce n’est pas le style le plus facile à défendre. Nous avons tenu à y incorporer du synthétiseur avec des ambiances électro. Côté influence, j’aime beaucoup les solos de l’époque Pink Floyd, ou Phil Collins, j’ai donc souhaité ajouter cette petite touche dans notre musique. Nous essayons de faire humblement notre place dans ce milieu qui est assez difficile. Nous faisons la musique qui nous ressemble et nous sommes contents de pouvoir la partager avec le public sudiste.

 

Que gardez-vous comme souvenir de l’expérience Emergenza ?

Nous en gardons un très bon souvenir, ça a été une super expérience pour nous ! A l’époque, nous n’étions pas encore rentrés en studio, donc nous avons profité du tremplin pour améliorer nos morceaux ! Car, à chaque passage c’était un vrai challenge, nous n’étions que 3, guitare, basse, batterie. Nous avons pu travailler aussi bien le plan feu, la mise en scène que le son.

 

Quelles sont vos ambitions ?

Nous aimerions faire plusieurs clips pour cette année 2018. Le premier étant celui de « You gave me everything », réalisé avant la sortie de l’album. Et en janvier de cette année, nous avons également fait « In my memory », en acoustique. Nous avons donc en projet celui de « Oh I love you », et également des dates à l’étranger.

Céline Dehédin

 

Le 20/05/18 au The Rider – Marseille (13).

Laisser un commentaire