Nouvelle Vague

BIG BAND DU CRRN: HOMMAGE A COLTRANE

bigband1

#NVmagLiveReport

Le 18/01/18 au conservatoire Pierre Cochereau – Nice (06)

Comme le disait, en préambule du concert, Marco Vezzoso, le trompettiste et chef de l’orchestre: « Il y a le jazz et John Coltrane ». Une raison largement suffisante donc pour que les élèves du conservatoire de Nice rendent hommage au compositeur, au musicien et interprètent quelques-unes de ses plus grandes œuvres arrangées pour un big band. Six trompettes, sept saxophones, trois trombones, piano, basse, batterie. Un petit blues pour la mise en bouche Blue Train suivit un peu plus tard du toujours magique My Favourite Things qui fût la nôtre aussi ce soir. Une petite pause pour une très belle interprétation en quartet de You Don’t Know What Love Is. Piano et guitare explore de fort belle façon le thème. Retour en grande formation pour Lazy Bird, Afro Blue et le délicat Naima, dédié par le saxophoniste Jean-Marc Baccarini à la tolérance dans le monde. Pour finir, grand moment d’émotion, ils nous offraient, la première et dernière partie du « Masterpiece » de Coltrane: A love Supreme. Les deux mouvements étaient précédés par la lecture de la traduction du texte que John avait inclus sur la pochette du disque. Disons que sa musique rend mieux grâce à son Dieu que sa poésie. Mais ce Psalm fût de toute beauté, mysticisme compris.
En rappel, un petit détour par le Coltrane freejazz, Drum Things.
Si on a plus l’habitude d’écouter Trane dans l’intimité du quartet, l’entendre propulsé par tous ces soufflants fut une expérience très agréable, revigorante dans un auditorium pratiquement complet.
Surprenant, parmi tous ces musiciens, ces élèves d’un déjà fort bon niveau, seulement deux jeunes femmes. Peut-être préfèrent elles Brahms ou Schubert?
Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’être là ce jeudi, vous pourrez les retrouver le 9 février au forum Jorge François, à Nice. Les bénéfices du concert serviront à acheter du matériel de musique pour les élèves du conservatoire.

Jacques Lerognon

Laisser un commentaire